"Spoutnik V est devenu le premier vaccin de fabrication étrangère utilisé en Inde", a indiqué le RDIF dans un communiqué, notant que les premières injections ont eu lieu à Hyderabad (centre) après l'arrivée du premier lot de vaccins le 1er mai et que "le deuxième lot de Spoutnik V devrait arriver" dans les jours à venir. L'Inde est en proie à une flambée épidémique dévastatrice et nombre d'Etats du pays sont aux prises avec des pénuries de vaccins. Le fonds russe rappelle que le Spoutnik V a été approuvé pour une utilisation d'urgence en Inde le 12 avril. L'Inde sera en outre "le principal site de production de Spoutnik V", a indiqué le RDIF, rappelant avoir signé des accords de production avec de grands groupes pharmaceutiques indiens pour produire à terme plus de 850 millions de doses par an. Moscou veut diversifier les sources de production pour son vaccin, ses propres capacités étant encore limitées et dédiées en priorité à l'approvisionnement de la population russe. Le Spoutnik V avait été initialement accueilli avec scepticisme à l'étranger mais sa fiabilité a été validée en février par la revue scientifique The Lancet. Sa demande d'homologation est examinée actuellement par l'Agence européenne des médicaments (AEM). (Belga)

"Spoutnik V est devenu le premier vaccin de fabrication étrangère utilisé en Inde", a indiqué le RDIF dans un communiqué, notant que les premières injections ont eu lieu à Hyderabad (centre) après l'arrivée du premier lot de vaccins le 1er mai et que "le deuxième lot de Spoutnik V devrait arriver" dans les jours à venir. L'Inde est en proie à une flambée épidémique dévastatrice et nombre d'Etats du pays sont aux prises avec des pénuries de vaccins. Le fonds russe rappelle que le Spoutnik V a été approuvé pour une utilisation d'urgence en Inde le 12 avril. L'Inde sera en outre "le principal site de production de Spoutnik V", a indiqué le RDIF, rappelant avoir signé des accords de production avec de grands groupes pharmaceutiques indiens pour produire à terme plus de 850 millions de doses par an. Moscou veut diversifier les sources de production pour son vaccin, ses propres capacités étant encore limitées et dédiées en priorité à l'approvisionnement de la population russe. Le Spoutnik V avait été initialement accueilli avec scepticisme à l'étranger mais sa fiabilité a été validée en février par la revue scientifique The Lancet. Sa demande d'homologation est examinée actuellement par l'Agence européenne des médicaments (AEM). (Belga)