Les nouveaux arrivants qui viennent en Belgique pour étudier ou pour un regroupement familial doivent s'acquitter depuis mars d'une taxe de 160 euros. Pour les permis de travail et les régularisations, le montant de celle-ci s'élève à 215 euros. Le gouvernement espère ainsi engranger quelque 9,3 millions d'euros par an. La taxe ayant été instaurée au mois de mars, le secrétaire d'Etat peut tabler sur un montant de 6,9 millions d'euros pour cette année.

En principe, le produit d'une nouvelle taxe est versé au trésor et le département directement impliqué ne dispose d'aucun droit de préemption sur celui-ci. Il en va cependant différemment pour cette nouvelle taxe. A la suite du contrôle budgétaire du mois de mars, Theo Francken pourra donc disposer de cette somme pour son administration. Une centaine de places supplémentaires en centre fermé pourraient ainsi être créées tandis qu'un millier de rapatriements en plus devraient être effectués.

Les nouveaux arrivants qui viennent en Belgique pour étudier ou pour un regroupement familial doivent s'acquitter depuis mars d'une taxe de 160 euros. Pour les permis de travail et les régularisations, le montant de celle-ci s'élève à 215 euros. Le gouvernement espère ainsi engranger quelque 9,3 millions d'euros par an. La taxe ayant été instaurée au mois de mars, le secrétaire d'Etat peut tabler sur un montant de 6,9 millions d'euros pour cette année.En principe, le produit d'une nouvelle taxe est versé au trésor et le département directement impliqué ne dispose d'aucun droit de préemption sur celui-ci. Il en va cependant différemment pour cette nouvelle taxe. A la suite du contrôle budgétaire du mois de mars, Theo Francken pourra donc disposer de cette somme pour son administration. Une centaine de places supplémentaires en centre fermé pourraient ainsi être créées tandis qu'un millier de rapatriements en plus devraient être effectués.