"II n'y aucune raison de penser que le vaccin ne serait pas efficace ou qu'il serait dangereux", a expliqué Frédéric Debiève, chef du service d'obstétrique aux Cliniques universitaires Saint-Luc et membre du conseil d'administration du Collège royal du groupe des gynécologues et obstétriciens de langue française de Belgique. Les deux spécialistes des grossesses à haut risque s'appuient sur une récente étude portant sur plus de 4.000 femmes européennes et américaines enceintes et porteuses d'une infection au Sars-Cov-2, ou soupçonnées de l'être. D'après cette recherche, le Covid-19 provoque une hausse de 60% des naissances prématurées, en particulier entre 32 et 37 semaines. La maladie entraîne également une mortalité maternelle plus élevée. Aucun risque lié au vaccin n'est en outre connu, ont souligné les experts. "Un malaise ou de la fièvre sont possibles, mais ces effets sont de courte durée et peuvent se résoudre avec du repos et du paracétamol", précisent-ils. "Il y a une large expérience dans l'administration d'autres vaccins pendant la grossesse." "La vaccination prévient des formes sévères de Covid-19, des accouchements prématurés ainsi que de la mortalité maternelle et périnatale. En outre, les anticorps sont transmis pendant la grossesse et l'allaitement, ce qui protège le bébé", observent-ils. La task force invite également les femmes qui envisagent une grossesse à accepter la vaccination. "Il n'y a pas de risque d'une fertilité réduite", ont déclaré les deux gynécologues. Le Conseil supérieur de la santé estime pour sa part que la vaccination via un produit d'AstraZeneca, Pfizer ou Moderna n'est pas recommandée de façon systématique pour les femmes enceintes. Elle peut cependant s'envisager chez celles pour qui les avantages de la vaccination l'emportent sur les risques potentiels du vaccin, comme les travailleuses de la santé. Le CSS n'émet par contre pas d'objection à la vaccination systématisée des femmes en âge de procréer ou souhaitant être enceinte. Toutes les femmes allaitantes peuvent également être vaccinées, estime l'organisme. (Belga)

"II n'y aucune raison de penser que le vaccin ne serait pas efficace ou qu'il serait dangereux", a expliqué Frédéric Debiève, chef du service d'obstétrique aux Cliniques universitaires Saint-Luc et membre du conseil d'administration du Collège royal du groupe des gynécologues et obstétriciens de langue française de Belgique. Les deux spécialistes des grossesses à haut risque s'appuient sur une récente étude portant sur plus de 4.000 femmes européennes et américaines enceintes et porteuses d'une infection au Sars-Cov-2, ou soupçonnées de l'être. D'après cette recherche, le Covid-19 provoque une hausse de 60% des naissances prématurées, en particulier entre 32 et 37 semaines. La maladie entraîne également une mortalité maternelle plus élevée. Aucun risque lié au vaccin n'est en outre connu, ont souligné les experts. "Un malaise ou de la fièvre sont possibles, mais ces effets sont de courte durée et peuvent se résoudre avec du repos et du paracétamol", précisent-ils. "Il y a une large expérience dans l'administration d'autres vaccins pendant la grossesse." "La vaccination prévient des formes sévères de Covid-19, des accouchements prématurés ainsi que de la mortalité maternelle et périnatale. En outre, les anticorps sont transmis pendant la grossesse et l'allaitement, ce qui protège le bébé", observent-ils. La task force invite également les femmes qui envisagent une grossesse à accepter la vaccination. "Il n'y a pas de risque d'une fertilité réduite", ont déclaré les deux gynécologues. Le Conseil supérieur de la santé estime pour sa part que la vaccination via un produit d'AstraZeneca, Pfizer ou Moderna n'est pas recommandée de façon systématique pour les femmes enceintes. Elle peut cependant s'envisager chez celles pour qui les avantages de la vaccination l'emportent sur les risques potentiels du vaccin, comme les travailleuses de la santé. Le CSS n'émet par contre pas d'objection à la vaccination systématisée des femmes en âge de procréer ou souhaitant être enceinte. Toutes les femmes allaitantes peuvent également être vaccinées, estime l'organisme. (Belga)