En 2018, 3.000 nouvelles personnes ont été placées sous surveillance électronique en Fédération Wallonie-Bruxelles, soit 9,4 % de plus que l'année précédente (2.741 en 2017). Le recours au bracelet électronique lors de la détention préventive a particulièrement progressé: de 444 suspects qui étaient concernés en 2017, on est passé à 802 en 2018.

"La surveillance électronique pour la détention préventive n'est possible que depuis une nouvelle loi de 2014", indique Annie Devos, administratrice générale des maisons de justice. "Cette formule fonctionne surtout dans la partie francophone du pays, et surtout au niveau des arrondissements de Liège, Charleroi et Bruxelles, suite à des décisions des chambres du conseil. Nous plaidons bien évidemment pour ce type d'alternative à la prison", commente-t-elle dans les quotidiens.

Autres alternatives à la prison en hausse: les mesures de probation, soit des sursis et des suspensions, prononcés avec des conditions. En 2018, les maisons de justice ont réceptionné 6.459 nouveaux dossiers contre 5.637 l'année précédente, soit une progression de 15%.