Lors des années 2015 à 2019, la surmortalité due aux canicules et à la grippe atteignait un pourcentage moyen de seulement 2% par an. En 2020, le nombre de décès associés au Covid-19 s'élève à 19.620 tandis que celui lié à la canicule atteint 1.503 décès supplémentaires entre le 5 et le 20 août dernier. Selon Sciensano, la surmortalité a été plus élevée durant la première vague de l'épidémie (entre les semaines 13 et 18) que durant la deuxième (entre la 43e et la 52e semaine). En effet, la surmortalité y a été "très rapide, élevée et concentrée sur six semaines, tandis que durant la deuxième période, elle a été plus modérée et s'est étendue sur 10 semaines", soulève l'institut. En moyenne 1.310 personnes supplémentaires sont décédées par semaine durant la première période, contre 806 lors de la deuxième. Il y a eu en moyenne 188 décès quotidiens des suites du Covid-19 durant la première vague, 127 durant la deuxième. (Belga)

Lors des années 2015 à 2019, la surmortalité due aux canicules et à la grippe atteignait un pourcentage moyen de seulement 2% par an. En 2020, le nombre de décès associés au Covid-19 s'élève à 19.620 tandis que celui lié à la canicule atteint 1.503 décès supplémentaires entre le 5 et le 20 août dernier. Selon Sciensano, la surmortalité a été plus élevée durant la première vague de l'épidémie (entre les semaines 13 et 18) que durant la deuxième (entre la 43e et la 52e semaine). En effet, la surmortalité y a été "très rapide, élevée et concentrée sur six semaines, tandis que durant la deuxième période, elle a été plus modérée et s'est étendue sur 10 semaines", soulève l'institut. En moyenne 1.310 personnes supplémentaires sont décédées par semaine durant la première période, contre 806 lors de la deuxième. Il y a eu en moyenne 188 décès quotidiens des suites du Covid-19 durant la première vague, 127 durant la deuxième. (Belga)