L'Espagne a décerné des mandats d'arrêt européens aux noms de l'ancien ministre-président catalan Carles Puigdemont et des anciens ministres catalans Lluis Puig et Toni Comin en raison de leur implication dans le référendum sur l'indépendance catalane du 1er octobre 2017. Le gouvernement espagnol n'avait pas autorisé ce référendum. Les trois hommes sont suspectés en Espagne de sédition, désobéissance et détournement d'argent du gouvernement. Ils résident en Belgique depuis fin 2017. En octobre dernier, la Cour suprême espagnole a condamné douze autres séparatistes catalans pour leur rôle dans le référendum d'indépendance et la tentative de faire sécession. Concernant Carles Puigdemont et Toni Comin, tous deux élus au Parlement européen en mai 2019, la décision de l'exécution ou non des mandats d'arrêt européens dépendra également de la décision du Parlement européen de lever ou non l'immunité parlementaire dont ils bénéficient tous deux. (Belga)

L'Espagne a décerné des mandats d'arrêt européens aux noms de l'ancien ministre-président catalan Carles Puigdemont et des anciens ministres catalans Lluis Puig et Toni Comin en raison de leur implication dans le référendum sur l'indépendance catalane du 1er octobre 2017. Le gouvernement espagnol n'avait pas autorisé ce référendum. Les trois hommes sont suspectés en Espagne de sédition, désobéissance et détournement d'argent du gouvernement. Ils résident en Belgique depuis fin 2017. En octobre dernier, la Cour suprême espagnole a condamné douze autres séparatistes catalans pour leur rôle dans le référendum d'indépendance et la tentative de faire sécession. Concernant Carles Puigdemont et Toni Comin, tous deux élus au Parlement européen en mai 2019, la décision de l'exécution ou non des mandats d'arrêt européens dépendra également de la décision du Parlement européen de lever ou non l'immunité parlementaire dont ils bénéficient tous deux. (Belga)