Les vélos pliants peuvent toujours être embarqués gratuitement dans un train. Un vélo classique implique en revanche d'acheter un billet dont le coût est de 4 euros par trajet. En 2019, la SNCB a vendu 251.000 de ces billets, soit un doublement en dix ans. Et la tendance s'est accélérée durant la crise sanitaire, a expliqué le directeur marketing, Marc Huybrechts, au cours d'une conférence de presse organisée à la Gare du nord en compagnie du ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet. En raison de ce succès, des voyageurs risquent de ne pouvoir embarquer à bord d'un train avec leur bicyclette, faute de place. La société de chemins de fer a donc accru sa capacité. A plus long terme, les nouveaux trains à deux étages M7 permettront de mieux répondre à la demande. Le nombre de places pour les vélos doublera et atteindra les 6.700 unités. L'augmentation de capacité décidée pour cet été concernera les lignes IC Ostende-Eupen et Bruxelles-Luxembourg et permettra d'offrir 600 places supplémentaires par jour. Des places pourraient également être offertes sur les liaisons entre les grandes villes. Le nombre de places d'accueil des vélos augmentera également dans les gares. Dans les années qui viennent, il passera de 108.000 aujourd'hui à 150.000. "Le vélo gagne en popularité et je veux le soutenir avec différentes mesures concrètes. Si d'une part je souhaite que plus de personnes abandonnent leur voiture pour le train, je veux également rendre la combinaison vélo-train encore plus attrayante", a expliqué M. Gilkinet Le ministre a par ailleurs indiqué qu'il examinerait si le ticket pour les vélos pouvait "évoluer" à l'avenir, c'est-à-dire diminuer voire disparaître, dans le prochain contrat de gestion en cours de négociation avec la SNCB. (Belga)

Les vélos pliants peuvent toujours être embarqués gratuitement dans un train. Un vélo classique implique en revanche d'acheter un billet dont le coût est de 4 euros par trajet. En 2019, la SNCB a vendu 251.000 de ces billets, soit un doublement en dix ans. Et la tendance s'est accélérée durant la crise sanitaire, a expliqué le directeur marketing, Marc Huybrechts, au cours d'une conférence de presse organisée à la Gare du nord en compagnie du ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet. En raison de ce succès, des voyageurs risquent de ne pouvoir embarquer à bord d'un train avec leur bicyclette, faute de place. La société de chemins de fer a donc accru sa capacité. A plus long terme, les nouveaux trains à deux étages M7 permettront de mieux répondre à la demande. Le nombre de places pour les vélos doublera et atteindra les 6.700 unités. L'augmentation de capacité décidée pour cet été concernera les lignes IC Ostende-Eupen et Bruxelles-Luxembourg et permettra d'offrir 600 places supplémentaires par jour. Des places pourraient également être offertes sur les liaisons entre les grandes villes. Le nombre de places d'accueil des vélos augmentera également dans les gares. Dans les années qui viennent, il passera de 108.000 aujourd'hui à 150.000. "Le vélo gagne en popularité et je veux le soutenir avec différentes mesures concrètes. Si d'une part je souhaite que plus de personnes abandonnent leur voiture pour le train, je veux également rendre la combinaison vélo-train encore plus attrayante", a expliqué M. Gilkinet Le ministre a par ailleurs indiqué qu'il examinerait si le ticket pour les vélos pouvait "évoluer" à l'avenir, c'est-à-dire diminuer voire disparaître, dans le prochain contrat de gestion en cours de négociation avec la SNCB. (Belga)