Le député s'interroge sur la rentabilité et l'opportunité du maintien des " première classe ". C'est que, lui réplique le ministre de la...

Le député s'interroge sur la rentabilité et l'opportunité du maintien des " première classe ". C'est que, lui réplique le ministre de la Mobilité, François Bellot (MR), en 2016, la première classe a rapporté 37,2 millions de recettes (6 % du total), le prix d'un billet de cette catégorie étant une fois et demi plus cher que le billet de seconde. Pour le ministre, la première classe attire surtout des navetteurs quotidiens et un public d'affaires. La SNCB veut séduire les automobilistes pour qui le confort est clairement un élément décisif dans l'abandon de la voiture. L'ambition de la société étant d'accroître le nombre total de ses voyageurs d'un pourcent par an. M. La.