"La situation des migrants, y compris les demandeurs d'asile, dans les îles grecques de la mer Egée a empiré de manière dramatique au cours des 12 derniers mois", a déclaré à des journalistes Mme Mijatovic. Elle a appelé à des "mesures urgentes pour faire face aux conditions épouvantables dans lesquelles vivent des milliers d'êtres humains". Après ses visites dans les camps surpeuplés des îles de Lesbos et Samos, la commissaire s'est dite "choquée des conditions d'hygiène horribles" dans lesquelles vivent les demandeurs d'asile. "Il y a un manque flagrant des soins médicaux appropriés dans ces camps largement surchargés que j'ai visités, où les gens attendent des heures pour avoir de la nourriture et aller aux toilettes, là où il y en a", s'est indignée la commissaire. Plus de 34.000 personnes vivent dans des camps sur cinq îles grecques alors que leur capacité n'est que pour 6.300 personnes. Les camps à Lesbos et Samos sont les plus surpeuplés et les conditions de vie ont été dénoncées à plusieurs reprises par des ONG de défense des droits des migrants et réfugiés. "Les autorités grecques doivent agir rapidement", "les droits de l'homme ne sont pas respectés", a souligné Dunja Mijatovic. "L'image est choquante pour l'Europe du XXIe siècle", a-t-elle ajouté. Pour la première fois depuis 2016, la Grèce est redevenue en 2019 la principale porte d'entrée des demandeurs d'asile en Europe, un problème qui a pris de court le gouvernement de droite de Kyriakos Mitsotakis, élu en juillet et qui plaide le renforcement des contrôles frontaliers et le durcissement de l'octroi de l'asile. (Belga)