D'après les projections, les années suivantes s'annoncent également positives, avec des excédents de 444 millions en 2018, de 650 millions en 2019 et de 507 millions en 2020.

L'explication est à trouver du côté de la progression de la masse salariale, qui fait mieux que compenser les baisses de charges octroyées dans le cadre du tax shift, et dans le financement alternatif de la Sécu qui a été renforcé. Si la Sécu renoue avec le vert, elle ne peut encore se passer de la dotation d'équilibre (3,22 milliards en 2017) allouée par le Fédéral, notamment pour compenser les baisses de charges sociales accordées par le passé. Quant aux surplus dégagés, ils sont "théoriques". La Sécu n'a en effet pas vocation à engendrer des bénéfices - si un excédent est dégagé, celui-ci est affecté à la réduction des dotations versées par l'État.

D'après les projections, les années suivantes s'annoncent également positives, avec des excédents de 444 millions en 2018, de 650 millions en 2019 et de 507 millions en 2020. L'explication est à trouver du côté de la progression de la masse salariale, qui fait mieux que compenser les baisses de charges octroyées dans le cadre du tax shift, et dans le financement alternatif de la Sécu qui a été renforcé. Si la Sécu renoue avec le vert, elle ne peut encore se passer de la dotation d'équilibre (3,22 milliards en 2017) allouée par le Fédéral, notamment pour compenser les baisses de charges sociales accordées par le passé. Quant aux surplus dégagés, ils sont "théoriques". La Sécu n'a en effet pas vocation à engendrer des bénéfices - si un excédent est dégagé, celui-ci est affecté à la réduction des dotations versées par l'État.