"La crise du coronavirus a de lourdes conséquences économiques pour le secteur culturel", souligne la société de gestion collective, qui rapporte que 8.935 événements ont été annulés dans le pays au cours du mois de mars, ce qui représente une perte cumulée de revenus de plus de 3,5 millions d'euros. D'après une enquête réalisée par plusieurs organisations représentant les entreprises et les indépendants, le secteur culturel et récréatif serait la principale victime de la crise, après l'horeca. "Les entreprises actives dans ce secteur voient leurs revenus diminuer de pas moins de 74%", alerte la Sabam. Cette dernière, qui permet à ses membres de se constituer une réserve d'argent normalement accessible à partir de l'âge de soixante ans, a donc levé cette condition et autorise désormais les auteurs et compositeurs qui le souhaitent à retirer tout ou partie du montant économisé. (Belga)

"La crise du coronavirus a de lourdes conséquences économiques pour le secteur culturel", souligne la société de gestion collective, qui rapporte que 8.935 événements ont été annulés dans le pays au cours du mois de mars, ce qui représente une perte cumulée de revenus de plus de 3,5 millions d'euros. D'après une enquête réalisée par plusieurs organisations représentant les entreprises et les indépendants, le secteur culturel et récréatif serait la principale victime de la crise, après l'horeca. "Les entreprises actives dans ce secteur voient leurs revenus diminuer de pas moins de 74%", alerte la Sabam. Cette dernière, qui permet à ses membres de se constituer une réserve d'argent normalement accessible à partir de l'âge de soixante ans, a donc levé cette condition et autorise désormais les auteurs et compositeurs qui le souhaitent à retirer tout ou partie du montant économisé. (Belga)