"Nous appelons les collègues au Conseil de sécurité à relancer leurs efforts pour fermer le bureau du Haut représentant", a déclaré l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia. Cette position reste toutefois très isolée au sein du Conseil. "Il faut que le Haut représentant respecte son mandat. M. (Valentin) Insko n'est pas compétent pour faire du lobbying pour l'intégration euro-atlantique de Sarajevo, ce dont parle beaucoup (son dernier) rapport", a insisté le diplomate russe. Un an après des législatives, le pays reste paralysé par l'absence de gouvernement. Les institutions en Bosnie reposent sur un système complexe, né de l'accord de paix de Dayton (1995) et bâti selon des lignes communautaires, avec deux entités autonomes, la Republika Srpska et une fédération croato-bosniaque, reliées par un gouvernement central. Au sein de la présidence tripartite, le Serbe Milorad Dodik doit désigner un Premier ministre. Mais ses membres croate et bosniaque, Zeljko Komsic et Sefik Dzaferovic, conditionnent la désignation d'un candidat de Milorad Dodik à son accord à un rapprochement avec l'Otan, ce qui constitue une ligne rouge pour ce pro-russe. (Belga)