Un tribunal moscovite a ordonné le maintien en détention de M. Whelan, qui possède aussi la citoyenneté canadienne et irlandaise, formellement jusqu'au 28 mai, délai en général prolongé jusqu'au début du procès faute d'élément nouveau. Il a également refusé la demande de la défense de le placer en résidence surveillée, selon une journaliste de l'AFP présente lors de l'audience. L'ex-Marine avait été arrêté le 28 décembre 2018 dans un contexte déjà lourd d'affaires de ce type entre la Russie et les Occidentaux. Les services de sécurité russes (FSB) affirment l'avoir interpellé "pendant qu'il commettait un acte d'espionnage", ce qu'il dément. Il encourt une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans de réclusion. Certains observateurs estiment que son arrestation est liée à celle de la Russe Maria Butina en juillet 2018 à Washington et que Paul Whelan pourrait servir de monnaie d'échange. (Belga)

Un tribunal moscovite a ordonné le maintien en détention de M. Whelan, qui possède aussi la citoyenneté canadienne et irlandaise, formellement jusqu'au 28 mai, délai en général prolongé jusqu'au début du procès faute d'élément nouveau. Il a également refusé la demande de la défense de le placer en résidence surveillée, selon une journaliste de l'AFP présente lors de l'audience. L'ex-Marine avait été arrêté le 28 décembre 2018 dans un contexte déjà lourd d'affaires de ce type entre la Russie et les Occidentaux. Les services de sécurité russes (FSB) affirment l'avoir interpellé "pendant qu'il commettait un acte d'espionnage", ce qu'il dément. Il encourt une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans de réclusion. Certains observateurs estiment que son arrestation est liée à celle de la Russe Maria Butina en juillet 2018 à Washington et que Paul Whelan pourrait servir de monnaie d'échange. (Belga)