Moscou n'a pas vendu ses titres de dette américaine, mais les a transférés sur des comptes européens. L'entreprise dominante sur le marché des activités de dépôts centralisés de titres est belge: il s'agit d'Euroclear, qui refuse de confirmer officiellement l'hypothèse. Cette opération permettrait à la Russie de continuer à disposer des actifs même si les États-Unis imposaient des sanctions financières pour répondre à la crise en Crimée.

Moscou n'a pas vendu ses titres de dette américaine, mais les a transférés sur des comptes européens. L'entreprise dominante sur le marché des activités de dépôts centralisés de titres est belge: il s'agit d'Euroclear, qui refuse de confirmer officiellement l'hypothèse. Cette opération permettrait à la Russie de continuer à disposer des actifs même si les États-Unis imposaient des sanctions financières pour répondre à la crise en Crimée.