Dans le rapport de défense britannique "Integrated Review", la plus importante révision de la politique étrangère et de défense de la Grande-Bretagne depuis la fin de la Guerre froide, le Premier ministre a promis que l'île resterait membre de l'Otan et qu'elle travaillerait avec ses "alliés et partenaires" pour relever les défis de sécurité du "monde physique" et en ligne. "Le Royaume-Uni respecte le peuple, la culture et l'histoire de la Russie", indique le document. "Toutefois, jusqu'à ce que les relations avec son gouvernement s'améliorent, nous nous défendrons contre l'éventail des menaces émanant de la Russie. Nous continuerons à dépasser la ligne directrice de l'Otan et à consacrer plus de 2% de notre PIB à la défense et dédierons nos capacités nucléaires et cyberstratégiques à la défense des Alliés." Les relations entre Londres et Moscou se sont dégradées au cours des dernières années à la suite de plusieurs incidents, tels que l'empoisonnement en mars 2018 de l'ancien agent russe Sergueï Skripal dans la ville de Salisbury (sud-ouest). Le Royaume-Uni a également accusé la Russie de cyberattaques et d'ingérence dans ses élections législatives de 2015. (Belga)

Dans le rapport de défense britannique "Integrated Review", la plus importante révision de la politique étrangère et de défense de la Grande-Bretagne depuis la fin de la Guerre froide, le Premier ministre a promis que l'île resterait membre de l'Otan et qu'elle travaillerait avec ses "alliés et partenaires" pour relever les défis de sécurité du "monde physique" et en ligne. "Le Royaume-Uni respecte le peuple, la culture et l'histoire de la Russie", indique le document. "Toutefois, jusqu'à ce que les relations avec son gouvernement s'améliorent, nous nous défendrons contre l'éventail des menaces émanant de la Russie. Nous continuerons à dépasser la ligne directrice de l'Otan et à consacrer plus de 2% de notre PIB à la défense et dédierons nos capacités nucléaires et cyberstratégiques à la défense des Alliés." Les relations entre Londres et Moscou se sont dégradées au cours des dernières années à la suite de plusieurs incidents, tels que l'empoisonnement en mars 2018 de l'ancien agent russe Sergueï Skripal dans la ville de Salisbury (sud-ouest). Le Royaume-Uni a également accusé la Russie de cyberattaques et d'ingérence dans ses élections législatives de 2015. (Belga)