"Berlin est en train de retarder le processus de l'enquête qu'elle réclame. Délibérément ? ", écrit la porte-parole du ministère, Maria Zakharova, sur Facebook, alors que le chef de la diplomatie allemande Heiko Mass a menacé la Russie de sanctions européennes si elle n'apportait pas d'éclaircissement dans les prochains jours dans cette affaire. "Jusqu'à présent, nous ne sommes pas sûrs que l'Allemagne ne joue pas un double jeu", affirme Mme Zakharova, estimant que Berlin tardait à répondre de son côté aux requêtes de la justice russe. "Quelle est l'urgence sur laquelle vous insistez ? ", ajoute-elle, à l'adresse de M. Mass. Bête noire du Kremlin, Alexeï Navalny est actuellement hospitalisé à Berlin, où selon le gouvernement allemand, il a été "sans équivoque" empoisonné en Russie lors d'une tournée électorale par un agent neurotoxique de type Novitchok, conçu à l'époque soviétique à des fins militaires. L'Allemagne et les autres pays occidentaux ont exhorté Moscou à plusieurs reprises à faire la lumière sur l'empoisonnement. Mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a dit cette semaine accueillir avec "une bonne dose de scepticisme" les accusations d'assassinat et demandé à Berlin de fournir des preuves. (Belga)

"Berlin est en train de retarder le processus de l'enquête qu'elle réclame. Délibérément ? ", écrit la porte-parole du ministère, Maria Zakharova, sur Facebook, alors que le chef de la diplomatie allemande Heiko Mass a menacé la Russie de sanctions européennes si elle n'apportait pas d'éclaircissement dans les prochains jours dans cette affaire. "Jusqu'à présent, nous ne sommes pas sûrs que l'Allemagne ne joue pas un double jeu", affirme Mme Zakharova, estimant que Berlin tardait à répondre de son côté aux requêtes de la justice russe. "Quelle est l'urgence sur laquelle vous insistez ? ", ajoute-elle, à l'adresse de M. Mass. Bête noire du Kremlin, Alexeï Navalny est actuellement hospitalisé à Berlin, où selon le gouvernement allemand, il a été "sans équivoque" empoisonné en Russie lors d'une tournée électorale par un agent neurotoxique de type Novitchok, conçu à l'époque soviétique à des fins militaires. L'Allemagne et les autres pays occidentaux ont exhorté Moscou à plusieurs reprises à faire la lumière sur l'empoisonnement. Mais le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a dit cette semaine accueillir avec "une bonne dose de scepticisme" les accusations d'assassinat et demandé à Berlin de fournir des preuves. (Belga)