On a ainsi dénombré l'an dernier 37.699 accidents de la route faisant au total 47.793 victimes dont 43.547 blessés légers, 3.600 blessés graves et 646 personnes ayant perdu la vie dans les 30 jours suivant l'accident. Par rapport à 2018, cela représente une baisse du nombre d'accidents (-2,0%), de blessés légers (-3,5%) et de blessés graves (-1,0%), précise l'office belge de statistiques. Le nombre de décès dans les 30 jours suivant l'accident a par contre augmenté de 7%. Cette hausse est entièrement due à l'augmentation du nombre de décès sur place qui est passé de 437 en 2018 à 483 en 2019 (+10,5%), souligne Statbel. Les automobilistes représentaient la majorité des tués (309) en 2019. Ils sont suivis par les cyclistes (95), les piétons (92) et les motocyclistes (84). En comparaison avec 2018, les voitures ont connu une augmentation de 12,4% du nombre de tués (de 275 en 2018 à 309 en 2019), poursuit Statbel. Le nombre de tués dans les 30 jours connaît une augmentation encore plus forte chez les piétons (+24,3%) passant de 74 en 2018 à 92 en 2019. Pour les vélos, le total est de 95 en 2019 contre 89 en 2018, soit une hausse de 6,7%. On a aussi dénombré 3,4% de motocyclistes en moins (motos de plus de 400cc et de moins de 400cc) tués dans les 30 jours, ajoute l'office belge de statistique. Si le nombre d'accidents baisse en Flandre (-2,7%) et en Wallonie (-1,9%), il augmente à Bruxelles (+2,4%). En termes de victimes, la Flandre et la Wallonie enregistrent en effet une baisse de respectivement 3,8% et 3,2%. La Région de Bruxelles-Capitale connaît, quant à elle, une augmentation de 1,4%, poursuit Statbel. Le nombre de tués dans les 30 jours suivant l'accident a baissé toutefois de 4,8% en Région de Bruxelles-Capitale. Dans la Région flamande, cet indicateur a augmenté de 1,6%, passant de 310 décès en 2018 à 315 en 2019. En Wallonie, on a dénombré 311 tués en 2019 contre 273 en 2018, soit une augmentation de 13,9%. En ce qui concerne les blessés graves, on note une diminution de 2,1% en Flandre mais une augmentation de respectivement 0,6% et 1,7% en égion bruxelloise et en Wallonie. Au niveau des blessés légers, la Flandre et la Wallonie ont enregistré une diminution de respectivement 4,1% et 3,9% tandis que ce chiffre augmente à Bruxelles (+1,5%). En 2019, les provinces où l'on dénombre le plus grand nombre de tués dans les 30 jours sont: le Hainaut (115), Anvers (78), Liège (77) et la Flandre orientale (70). En revanche, les provinces du Brabant wallon (20), de Luxembourg (49) et de Namur (50) affichent le moins de morts. Enfin, en 2019, 1 victime mortelle sur 5 était un jeune entre 20 et 29 ans. Le nombre de décès dans cette catégorie d'âge a augmenté de 17,9% en un an. Les deux autres catégories d'âges les plus touchées sont également en augmentation: on a dénombré 95 tués parmi les 50 à 59 ans (+11,8%) et 84 parmi les 40 à 49 ans (+13,5%). (Belga)

On a ainsi dénombré l'an dernier 37.699 accidents de la route faisant au total 47.793 victimes dont 43.547 blessés légers, 3.600 blessés graves et 646 personnes ayant perdu la vie dans les 30 jours suivant l'accident. Par rapport à 2018, cela représente une baisse du nombre d'accidents (-2,0%), de blessés légers (-3,5%) et de blessés graves (-1,0%), précise l'office belge de statistiques. Le nombre de décès dans les 30 jours suivant l'accident a par contre augmenté de 7%. Cette hausse est entièrement due à l'augmentation du nombre de décès sur place qui est passé de 437 en 2018 à 483 en 2019 (+10,5%), souligne Statbel. Les automobilistes représentaient la majorité des tués (309) en 2019. Ils sont suivis par les cyclistes (95), les piétons (92) et les motocyclistes (84). En comparaison avec 2018, les voitures ont connu une augmentation de 12,4% du nombre de tués (de 275 en 2018 à 309 en 2019), poursuit Statbel. Le nombre de tués dans les 30 jours connaît une augmentation encore plus forte chez les piétons (+24,3%) passant de 74 en 2018 à 92 en 2019. Pour les vélos, le total est de 95 en 2019 contre 89 en 2018, soit une hausse de 6,7%. On a aussi dénombré 3,4% de motocyclistes en moins (motos de plus de 400cc et de moins de 400cc) tués dans les 30 jours, ajoute l'office belge de statistique. Si le nombre d'accidents baisse en Flandre (-2,7%) et en Wallonie (-1,9%), il augmente à Bruxelles (+2,4%). En termes de victimes, la Flandre et la Wallonie enregistrent en effet une baisse de respectivement 3,8% et 3,2%. La Région de Bruxelles-Capitale connaît, quant à elle, une augmentation de 1,4%, poursuit Statbel. Le nombre de tués dans les 30 jours suivant l'accident a baissé toutefois de 4,8% en Région de Bruxelles-Capitale. Dans la Région flamande, cet indicateur a augmenté de 1,6%, passant de 310 décès en 2018 à 315 en 2019. En Wallonie, on a dénombré 311 tués en 2019 contre 273 en 2018, soit une augmentation de 13,9%. En ce qui concerne les blessés graves, on note une diminution de 2,1% en Flandre mais une augmentation de respectivement 0,6% et 1,7% en égion bruxelloise et en Wallonie. Au niveau des blessés légers, la Flandre et la Wallonie ont enregistré une diminution de respectivement 4,1% et 3,9% tandis que ce chiffre augmente à Bruxelles (+1,5%). En 2019, les provinces où l'on dénombre le plus grand nombre de tués dans les 30 jours sont: le Hainaut (115), Anvers (78), Liège (77) et la Flandre orientale (70). En revanche, les provinces du Brabant wallon (20), de Luxembourg (49) et de Namur (50) affichent le moins de morts. Enfin, en 2019, 1 victime mortelle sur 5 était un jeune entre 20 et 29 ans. Le nombre de décès dans cette catégorie d'âge a augmenté de 17,9% en un an. Les deux autres catégories d'âges les plus touchées sont également en augmentation: on a dénombré 95 tués parmi les 50 à 59 ans (+11,8%) et 84 parmi les 40 à 49 ans (+13,5%). (Belga)