"Nous avons fait récemment une offre pour 1.942 réfugiés de Grèce et d'Italie, que nous pouvons relocaliser en Roumanie. Nous avons déjà sur notre territoire environ 700 réfugiés" arrivés de ces pays, a précisé M. Melescanu dans une interview à la chaîne d'information en continu Realitatea TV. Deuxième pays le plus pauvre du bloc européen, la Roumanie s'était opposée dans un premier temps aux quotas obligatoires de migrants répartis entre les membres de l'UE mais avait fini par accepter ce mécanisme européen. Seuls quelques centaines de migrants ont jusqu'ici accepté d'être transférés dans ce pays. "Nous avons affirmé qu'il n'est pas normal d'avoir des quotas fixes mais nous avons dans le même temps montré notre disponibilité à accueillir un certain nombre de réfugiés", a souligné M. Melescanu. Par ailleurs, le ministère roumain des Affaires étrangères a signalé samedi que Bucarest allouait en 2017 un total de 5,3 millions d'euros en assistance humanitaire aux Syriens réfugiés dans la région avoisinante de leur pays. Située aux frontières de l'Union européenne, la Roumanie a été épargnée par la crise migratoire, car contournée par les principaux itinéraires des demandeurs d'asile vers l'Europe. (Belga)

"Nous avons fait récemment une offre pour 1.942 réfugiés de Grèce et d'Italie, que nous pouvons relocaliser en Roumanie. Nous avons déjà sur notre territoire environ 700 réfugiés" arrivés de ces pays, a précisé M. Melescanu dans une interview à la chaîne d'information en continu Realitatea TV. Deuxième pays le plus pauvre du bloc européen, la Roumanie s'était opposée dans un premier temps aux quotas obligatoires de migrants répartis entre les membres de l'UE mais avait fini par accepter ce mécanisme européen. Seuls quelques centaines de migrants ont jusqu'ici accepté d'être transférés dans ce pays. "Nous avons affirmé qu'il n'est pas normal d'avoir des quotas fixes mais nous avons dans le même temps montré notre disponibilité à accueillir un certain nombre de réfugiés", a souligné M. Melescanu. Par ailleurs, le ministère roumain des Affaires étrangères a signalé samedi que Bucarest allouait en 2017 un total de 5,3 millions d'euros en assistance humanitaire aux Syriens réfugiés dans la région avoisinante de leur pays. Située aux frontières de l'Union européenne, la Roumanie a été épargnée par la crise migratoire, car contournée par les principaux itinéraires des demandeurs d'asile vers l'Europe. (Belga)