L'annonce des résultats des analyses faites par la région Toscane lève donc un coin du mystère de cette hécatombe. Selon une étude réalisée entre 2008 et 2018 par l'Agence régionale pour la protection environnementale de la Toscane (Arpat), en moyenne 18 cétacés sont retrouvés morts chaque année dans cette région, témoignant du caractère exceptionnel de l'épisode actuel. Si les experts, sur la base d'autopsies de carcasses, ont pointé du doigt la rougeole, ils ont aussi relevé de hauts niveaux de contamination à des produits chimiques ingurgités en mer. Ces produits, notamment des insecticides comme le DDT, s'attaquent à leur défense immunitaire et facilitent le développement de maladies, ont expliqué les experts, cités notamment par le journal Il Fatto Quotidiano. Les estomacs des dauphins morts étaient souvent vides, montrant qu'ils avaient cessé de s'alimenter. La zone située au large des côtes de Toscane fait partie de la réserve Pelagos pour la protection des mammifères marins, créée en 1999 par la France, l'Italie et la Principauté de Monaco. Cette réserve de 87.500 km2 forme un triangle entre la presqu'île de Giens en France, le nord de la Sardaigne et Fosso Chiarone en Italie. (Belga)