Le revirement a eu lieu après "Cologne". La nuit du réveillon de Nouvel An de l'année dernière, il s'est avéré que la violence contre les femmes - une question presque oubliée, mais urgente - est devenue un jouet politique de la droite populiste. Récapitulons. La nuit de la Saint-Sylvestre, des femmes ont été agressées devant la gare de Cologne. Les auteurs, a-t-on raconté, étaient des hommes "d'apparence nord-africaine". Les rumeurs ont commencé à circuler : c'étaient sûrement des demandeurs d'asile, des réfugiés à peine arrivés de pays islamiques. Le politique néerlandais Geert Wilders a immédiatement prétendu qu'à présent on voyait le danger de laisser entrer ces "bombes de testostérone". "Nos" femmes n'étaient plus en sécurité.
...