"Le président a parlé avec la chancelière allemande, ils sont tombés d'accord pour reporter la rencontre en raison des conditions météorologiques", a déclaré lundi Sean Spicer, porte-parole de l'exécutif. Le tête-à-tête dans le Bureau ovale, qui doit être suivi d'une conférence de presse commune, a été reporté à vendredi. Ce premier face-à-face sur fond de tensions transatlantiques est très attendu: de l'immigration au climat, les points de désaccord entre les deux dirigeants sont nombreux. A l'approche du rendez-vous, l'exécutif américain a souligné la force des liens entre les deux pays et longuement insisté sur le fait que Donald Trump entendait profiter de l'expérience de la chancelière. Un responsable de l'exécutif américain a prédit une "rencontre cordiale et très positive", mais les déclarations tonitruantes de l'homme d'affaires, qui s'en est pris avec virulence à l'Europe comme à l'Allemagne, ont laissé des traces. (Belga)

"Le président a parlé avec la chancelière allemande, ils sont tombés d'accord pour reporter la rencontre en raison des conditions météorologiques", a déclaré lundi Sean Spicer, porte-parole de l'exécutif. Le tête-à-tête dans le Bureau ovale, qui doit être suivi d'une conférence de presse commune, a été reporté à vendredi. Ce premier face-à-face sur fond de tensions transatlantiques est très attendu: de l'immigration au climat, les points de désaccord entre les deux dirigeants sont nombreux. A l'approche du rendez-vous, l'exécutif américain a souligné la force des liens entre les deux pays et longuement insisté sur le fait que Donald Trump entendait profiter de l'expérience de la chancelière. Un responsable de l'exécutif américain a prédit une "rencontre cordiale et très positive", mais les déclarations tonitruantes de l'homme d'affaires, qui s'en est pris avec virulence à l'Europe comme à l'Allemagne, ont laissé des traces. (Belga)