Des dizaines de milliers de filles et de garçons continuent à être retirés des mains de groupes armés à travers le monde. Ils ont non seulement été utilisés comme combattants, mais se sont aussi souvent retrouvés exploités et abusés par ceux qui les ont enrôlés. Nombre d'entre eux, et en particulier les filles, ont été les proies de violences sexuelles. "Les enfants sont notre plus grande richesse. L'avenir est entre leurs mains. Nous ne devons épargner aucun investissement pour préserver cette richesse", a déclaré la Reine lors de cet événement organisé conjointement avec Virginia Gamba, la représentante spéciale du secrétaire-général des Nations unies pour les enfants dans les conflits armés. La reine Mathilde est présente à New York en tant que défenseur des Objectifs de développement durable. "Les programmes de réintégration des enfants sont d'un intérêt crucial au niveau individuel, mais ils constituent aussi un facteur critique pour une paix durable et la sécurité collective", a-t-elle ajouté lors de ce débat modéré par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. La réintégration des enfants soldats est une priorité de longue date de la politique étrangère de la Belgique, mais le pays veut profiter de sa participation au Conseil de sécurité de l'ONU, dès janvier prochain et pour deux années, pour la porter haut à l'agenda de l'institution. La Belgique est elle-même confrontée au retour d'enfants de djihadistes partis se battre en Syrie et en Irak, notent les Affaires étrangères. D'après UNICEF, un quart des 55.000 garçons et filles qui ont été démobilisés au cours des cinq dernières années à travers le monde n'ont pas pu bénéficier d'un programme de réintégration. (Belga)

Des dizaines de milliers de filles et de garçons continuent à être retirés des mains de groupes armés à travers le monde. Ils ont non seulement été utilisés comme combattants, mais se sont aussi souvent retrouvés exploités et abusés par ceux qui les ont enrôlés. Nombre d'entre eux, et en particulier les filles, ont été les proies de violences sexuelles. "Les enfants sont notre plus grande richesse. L'avenir est entre leurs mains. Nous ne devons épargner aucun investissement pour préserver cette richesse", a déclaré la Reine lors de cet événement organisé conjointement avec Virginia Gamba, la représentante spéciale du secrétaire-général des Nations unies pour les enfants dans les conflits armés. La reine Mathilde est présente à New York en tant que défenseur des Objectifs de développement durable. "Les programmes de réintégration des enfants sont d'un intérêt crucial au niveau individuel, mais ils constituent aussi un facteur critique pour une paix durable et la sécurité collective", a-t-elle ajouté lors de ce débat modéré par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. La réintégration des enfants soldats est une priorité de longue date de la politique étrangère de la Belgique, mais le pays veut profiter de sa participation au Conseil de sécurité de l'ONU, dès janvier prochain et pour deux années, pour la porter haut à l'agenda de l'institution. La Belgique est elle-même confrontée au retour d'enfants de djihadistes partis se battre en Syrie et en Irak, notent les Affaires étrangères. D'après UNICEF, un quart des 55.000 garçons et filles qui ont été démobilisés au cours des cinq dernières années à travers le monde n'ont pas pu bénéficier d'un programme de réintégration. (Belga)