Le psychiatre et la psychologue ont dressé jeudi matin un portrait sombre d'Alexandre Hart. Cet accusé, décrit comme le meneur du groupe des accusés de l'assassinat de Valentin Vermeesch, a été dépeint par les experts comme un psychopathe qui présente une dangerosité importante. Les experts ont ajouté que la structure de personnalité d'Alexandre Hart ne devrait pas évoluer, même s'il prend de la maturité au fil des années. L'avocat d'Alexandre Hart, Me Renaud Molders-Pierre, a souligné à l'issue du témoignage des experts qu'il s'intéresse principalement, au cours du procès, à l'avenir qu'il faut réserver à son client. "Est-ce qu'un jour, la société pourra le réintégrer ou faut-il le jeter à la poubelle comme un déchet, jusqu'à la fin de ses jours?", a questionné l'avocat de la défense. Selon le psychiatre, une réhabilitation n'est pas à exclure. "Il est un jeune homme. Il a encore beaucoup d'années devant lui. On ne peut pas exclure une possibilité de réhabilitation mais son état de psychopathie empêche d'envisager avant un long terme un processus thérapeutique. Mais à quel délai?", a relevé l'expert. "Il faut résister à une position de désespoir. C'est ce qui fait la différence entre une société civilisée et une société barbare", a soutenu Me Molders-Pierre lors des commentaires suivant l'intervention des experts. (Belga)