Les masques en tissu couvrant nez et bouche seront en effet obligatoires dans les transports à partir du 4 mai pour les 12 ans et plus, et apparaissent comme un élément essentiel de la stratégie de déconfinement en parallèle du maintien des règles d'hygiène et de précaution connues.

Vendredi, le cabinet Wilmès communiquait à l'issue du Conseil national de sécurité que "le gouvernement fédéral et les entités fédérées travaillent ensemble afin de procurer gratuitement à chaque citoyen au moins une protection en tissu normé".

Le gouvernement de la Région bruxelloise avait déjà décidé et annoncé la veille qu'il allait fournir au moins un masque en tissu, avec filtre, à chaque citoyen bruxellois, rappelle lundi le cabinet du ministre-président à l'issue du Conseil régional de sécurité. "Nous avions à coeur d'offrir une égalité de traitement à tous les Bruxellois, ces masques s'adressant donc à l'ensemble de la population bruxelloise, en ce compris les enfants de moins de 12 ans, les personnes sans abri et les personnes en situation irrégulière", indique Rudi Vervoort.

Dans les détails, la Région envisage d'acquérir, en trois tailles différentes, des masques correspondant au tutoriel de fabrication validé par le SPF Santé publique. Une taskforce d'administrations et d'organismes d'intérêt régional, dont Bruxelles Prévention et Sécurité, Hub.brussels, Citydev et Iriscare, va coordonner l'achat, le stockage et la distribution, en collaboration avec les communes, précise le cabinet Vervoort. "Un premier travail de prospection a déjà été mené afin de vérifier la capacité de production des opérateurs économiques bruxellois et belges en mesure de faire face à un tel volume de commandes, tout en garantissant un produit de qualité."

La Fédération Wallonie-Bruxelles entend acheter 1,2 million de masques en tissu

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est mis d'accord lundi sur les modalités pour lancer une procédure de marché public en vue d'acquérir 1,2 million de masques en tissu dans les quinze jours, a indiqué le ministre-président Pierre-Yves Jeholet.

Ces masques seront notamment destinés aux écoles et aux milieux de la petite enfance. Les modalités précises de distribution devront encore être définies.

En tissu, ces masques devront être lavables et réutilisables.

Sur Bel-RTL lundi matin, M. Jeholet avait indiqué que la Fédération entendait distribuer au moins deux masques de protection aux élèves appelés à retrouver le chemin de l'école à partir du 18 mai prochain.

Les masques en tissu couvrant nez et bouche seront en effet obligatoires dans les transports à partir du 4 mai pour les 12 ans et plus, et apparaissent comme un élément essentiel de la stratégie de déconfinement en parallèle du maintien des règles d'hygiène et de précaution connues. Vendredi, le cabinet Wilmès communiquait à l'issue du Conseil national de sécurité que "le gouvernement fédéral et les entités fédérées travaillent ensemble afin de procurer gratuitement à chaque citoyen au moins une protection en tissu normé". Le gouvernement de la Région bruxelloise avait déjà décidé et annoncé la veille qu'il allait fournir au moins un masque en tissu, avec filtre, à chaque citoyen bruxellois, rappelle lundi le cabinet du ministre-président à l'issue du Conseil régional de sécurité. "Nous avions à coeur d'offrir une égalité de traitement à tous les Bruxellois, ces masques s'adressant donc à l'ensemble de la population bruxelloise, en ce compris les enfants de moins de 12 ans, les personnes sans abri et les personnes en situation irrégulière", indique Rudi Vervoort. Dans les détails, la Région envisage d'acquérir, en trois tailles différentes, des masques correspondant au tutoriel de fabrication validé par le SPF Santé publique. Une taskforce d'administrations et d'organismes d'intérêt régional, dont Bruxelles Prévention et Sécurité, Hub.brussels, Citydev et Iriscare, va coordonner l'achat, le stockage et la distribution, en collaboration avec les communes, précise le cabinet Vervoort. "Un premier travail de prospection a déjà été mené afin de vérifier la capacité de production des opérateurs économiques bruxellois et belges en mesure de faire face à un tel volume de commandes, tout en garantissant un produit de qualité."