Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles entamera en effet demain/mardi l'examen législatif d'un projet de réforme du décret qui régit les inscriptions en première année du secondaire. Adopté discrètement jeudi en dernière lecture par le gouvernement de la Fédération, l'avant-projet de décret porté par la ministre Caroline Désir sera présenté en commission Education du Parlement, avant un débat et un vote attendu jeudi. Le vote final en séance plénière n'est lui, attendu, que début janvier seulement. Que les parents qui ont des enfants en sixième primaire cette année se rassurent: cette réforme ne s'appliquera pour l'essentiel que pour l'année scolaire 2023-2024 seulement. Pour la prochaine rentrée scolaire (2022-2023), c'est donc le mécanisme actuel -celui qui est en place depuis une dizaine d'années déjà- qui sera encore d'application, avec le même mode de calcul de l'indice composite qui fixe l'ordre des priorités pour les inscriptions dans les écoles où la demande excède l'offre de places disponibles. La procédure sera toutefois simplifiée dès 2022 dans les écoles de Wallonie et de Bruxelles qui n'ont enregistré aucune liste d'attente ces trois dernières années. Dans ces écoles-là, le dépôt du traditionnel formulaire unique d'inscription (FUI) devra être fait par les parents, mais ceux-ci auront la garantie que leur enfant sera d'office admis dans l'établissement. (Belga)

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles entamera en effet demain/mardi l'examen législatif d'un projet de réforme du décret qui régit les inscriptions en première année du secondaire. Adopté discrètement jeudi en dernière lecture par le gouvernement de la Fédération, l'avant-projet de décret porté par la ministre Caroline Désir sera présenté en commission Education du Parlement, avant un débat et un vote attendu jeudi. Le vote final en séance plénière n'est lui, attendu, que début janvier seulement. Que les parents qui ont des enfants en sixième primaire cette année se rassurent: cette réforme ne s'appliquera pour l'essentiel que pour l'année scolaire 2023-2024 seulement. Pour la prochaine rentrée scolaire (2022-2023), c'est donc le mécanisme actuel -celui qui est en place depuis une dizaine d'années déjà- qui sera encore d'application, avec le même mode de calcul de l'indice composite qui fixe l'ordre des priorités pour les inscriptions dans les écoles où la demande excède l'offre de places disponibles. La procédure sera toutefois simplifiée dès 2022 dans les écoles de Wallonie et de Bruxelles qui n'ont enregistré aucune liste d'attente ces trois dernières années. Dans ces écoles-là, le dépôt du traditionnel formulaire unique d'inscription (FUI) devra être fait par les parents, mais ceux-ci auront la garantie que leur enfant sera d'office admis dans l'établissement. (Belga)