Après dépouillement de 100% des suffrages, le vote "contre" recueille 21,27%, selon les chiffres officiels de la Commission électorale. La participation tournait autour de 65%. Le vote, prévu à l'origine pour avril, a été repoussé à cause de la pandémie de Covid-19. Pour éviter une trop forte affluence dans les bureaux de vote, il s'est déroulé sur une semaine, jusqu'à mercredi, et les électeurs devaient se munir de masques de protection et de gants. Il n'y a jamais eu de doutes quant à son issue : la réforme avait été approuvée par le législateur en début d'année et le nouveau texte de la Constitution est déjà en vente dans les librairies. L'opposant Alexeï Navalny a qualifié ce vote d'"énorme mensonge", appelant ses partisans à se mobiliser pour les prochaines élections régionales en septembre. L'un des amendements les plus controversés donne à Vladimir Poutine l'option de deux mandats supplémentaires à l'issue de l'actuel en 2024. Il aura ainsi la possibilité de rester au Kremlin jusqu'en 2036, l'année de ses 84 ans. La révision introduit aussi dans la Constitution des principes conservateurs chers au président - foi en Dieu, mariage réservé aux hétérosexuels, enseignement patriotique -, ainsi que des garanties sociales, comme l'indexation des retraites. Selon les critiques du Kremlin, le pouvoir a multiplié les ruses pour s'assurer un succès retentissant et une participation électorale forte, avec par exemple une loterie avec des cadeaux pour les participants et des bons d'achat pour ceux votant en ligne. (Belga)

Après dépouillement de 100% des suffrages, le vote "contre" recueille 21,27%, selon les chiffres officiels de la Commission électorale. La participation tournait autour de 65%. Le vote, prévu à l'origine pour avril, a été repoussé à cause de la pandémie de Covid-19. Pour éviter une trop forte affluence dans les bureaux de vote, il s'est déroulé sur une semaine, jusqu'à mercredi, et les électeurs devaient se munir de masques de protection et de gants. Il n'y a jamais eu de doutes quant à son issue : la réforme avait été approuvée par le législateur en début d'année et le nouveau texte de la Constitution est déjà en vente dans les librairies. L'opposant Alexeï Navalny a qualifié ce vote d'"énorme mensonge", appelant ses partisans à se mobiliser pour les prochaines élections régionales en septembre. L'un des amendements les plus controversés donne à Vladimir Poutine l'option de deux mandats supplémentaires à l'issue de l'actuel en 2024. Il aura ainsi la possibilité de rester au Kremlin jusqu'en 2036, l'année de ses 84 ans. La révision introduit aussi dans la Constitution des principes conservateurs chers au président - foi en Dieu, mariage réservé aux hétérosexuels, enseignement patriotique -, ainsi que des garanties sociales, comme l'indexation des retraites. Selon les critiques du Kremlin, le pouvoir a multiplié les ruses pour s'assurer un succès retentissant et une participation électorale forte, avec par exemple une loterie avec des cadeaux pour les participants et des bons d'achat pour ceux votant en ligne. (Belga)