Pour faire face à ces foyers d'infection, "des mesures sont nécessaires. La réalisation de tests pour confirmer le diagnostic est très utile car cela permet de faire la distinction entre les personnes qui sont atteintes par le virus et celles qui ne le sont pas", a souligné M. André. "Les personnes qui sont symptomatiques peuvent être infectées par ce coronavirus mais peuvent aussi avoir d'autres maladies. Faire la part des choses est donc quelque chose de nécessaire." "Toutefois un patient asymptomatique qui n'est pas infecté au moment précis du test peut se révéler positif quelques jours plus tard", précise le virologue Steven Van Gucht. Les personnes asymptomatiques peuvent être porteuses du virus et contribuer à la transmission de celui-ci sans présenter de symptômes ou en avoir de très modérés, rappelle Emmanuel André. "C'est dans ce cadre que la réalisation de tests peut également être intéressante." Le comité de concertation, qui rassemble les gouvernements fédéral, communautaires et régionaux, s'est accordé vendredi sur la généralisation du dépistage dans les maisons de repos. Quant au transfert de résidents de maisons de repos qui doivent bénéficier d'oxygène vers les hôpitaux, l'expert souligne que cela peut être le cas quand ils sont nombreux, "les maisons de repos ayant un nombre limité de systèmes d'oxygénothérapie", un acte médical supervisé par un médecin et mis en place par des infirmiers pour les personnes qui ont besoin d'une faible assistance respiratoire. Les personnes qui ont besoin de plus d'oxygène sont, elles, transférées aux soins intensifs. (Belga)

Pour faire face à ces foyers d'infection, "des mesures sont nécessaires. La réalisation de tests pour confirmer le diagnostic est très utile car cela permet de faire la distinction entre les personnes qui sont atteintes par le virus et celles qui ne le sont pas", a souligné M. André. "Les personnes qui sont symptomatiques peuvent être infectées par ce coronavirus mais peuvent aussi avoir d'autres maladies. Faire la part des choses est donc quelque chose de nécessaire." "Toutefois un patient asymptomatique qui n'est pas infecté au moment précis du test peut se révéler positif quelques jours plus tard", précise le virologue Steven Van Gucht. Les personnes asymptomatiques peuvent être porteuses du virus et contribuer à la transmission de celui-ci sans présenter de symptômes ou en avoir de très modérés, rappelle Emmanuel André. "C'est dans ce cadre que la réalisation de tests peut également être intéressante." Le comité de concertation, qui rassemble les gouvernements fédéral, communautaires et régionaux, s'est accordé vendredi sur la généralisation du dépistage dans les maisons de repos. Quant au transfert de résidents de maisons de repos qui doivent bénéficier d'oxygène vers les hôpitaux, l'expert souligne que cela peut être le cas quand ils sont nombreux, "les maisons de repos ayant un nombre limité de systèmes d'oxygénothérapie", un acte médical supervisé par un médecin et mis en place par des infirmiers pour les personnes qui ont besoin d'une faible assistance respiratoire. Les personnes qui ont besoin de plus d'oxygène sont, elles, transférées aux soins intensifs. (Belga)