Dans ce cadre, deux projets viennent d'être validés par le Conseil provincial. "L'un pour la mise en ?uvre d'un tel abattoir via la signature d'une convention avec la SRL 'Les Poulets de Saint-André' et donc l'essai pour deux ans (2022-2024) d'un partenariat pour répondre à la demande urgente du secteur, qui pourra ainsi réserver des plages d'accès en en faisant la demande à la Province", a-t-elle précisé. "L'autre pour la perspective d'acquisition d'une parcelle de terrain en vue de la construction d'un abattoir provincial de volailles, à proximité de l'abattoir bovin d'Aubel, si le projet précité convainc de l'intérêt de pérenniser l'action". Il s'agit là d'une manière pour la Province d'évaluer l'intérêt des producteurs avant d'aller plus loin dans le projet en analysant si oui ou non ils adhèrent aux possibilités qui leur sont désormais offertes par le secteur privé jusqu'en 2024. On se souvient qu'en 2018, les autorités provinciales avaient tenté d'implanter un tel abattoir à Grâce-Hollogne mais s'étaient heurtées à la colère des riverains et de la commune. Elle avait alors abandonné le projet sans laisser tomber l'idée. L'endroit choisi cette fois se prêterait mieux, étant donné qu'il se situe dans un zoning. (Belga)

Dans ce cadre, deux projets viennent d'être validés par le Conseil provincial. "L'un pour la mise en ?uvre d'un tel abattoir via la signature d'une convention avec la SRL 'Les Poulets de Saint-André' et donc l'essai pour deux ans (2022-2024) d'un partenariat pour répondre à la demande urgente du secteur, qui pourra ainsi réserver des plages d'accès en en faisant la demande à la Province", a-t-elle précisé. "L'autre pour la perspective d'acquisition d'une parcelle de terrain en vue de la construction d'un abattoir provincial de volailles, à proximité de l'abattoir bovin d'Aubel, si le projet précité convainc de l'intérêt de pérenniser l'action". Il s'agit là d'une manière pour la Province d'évaluer l'intérêt des producteurs avant d'aller plus loin dans le projet en analysant si oui ou non ils adhèrent aux possibilités qui leur sont désormais offertes par le secteur privé jusqu'en 2024. On se souvient qu'en 2018, les autorités provinciales avaient tenté d'implanter un tel abattoir à Grâce-Hollogne mais s'étaient heurtées à la colère des riverains et de la commune. Elle avait alors abandonné le projet sans laisser tomber l'idée. L'endroit choisi cette fois se prêterait mieux, étant donné qu'il se situe dans un zoning. (Belga)