Les enfants se verront administrer le produit développé par Pfizer/BioNTech à une dose trois fois moins chargée que celle injectée à la population de plus de 12 ans. Le vaccin se donnera en deux injections, avec un délai de trois semaines entre chaque. "La protection sera sans doute d'une durée similaire à celle observée chez les plus âgés (environ 6 mois). La nécessité de rappel est probable mais pas encore certaine", ajoute le CSS. Les effets secondaires attendus sont semblables à ceux présentés par les personnes de 12 ans et plus, à savoir, une légère douleur à l'endroit de l'injection, de la fatigue, des maux de tête et des douleurs musculaires. Des études scientifiques ont démontré une efficacité à 91% du vaccin dans la protection contre la maladie Covid-19 et ses formes sévères rares chez l'enfant, ajoute le Conseil. Concernant une éventuelle réduction de la transmission, elle semble établie à l'échelle de larges populations. Toutefois, "à l'échelle de plus petites études, étudiant des transmissions dans des familles par exemple, cette diminution de la transmission n'est pas toujours visible car son effet varie selon le contexte (type de contact, variants circulants?)", détaille le CSS. Ce dernier précise que sa recommandation, rédigée mercredi, tient compte des circonstances actuelles et notamment de la forte circulation du virus SARS-CoV-2. L'avis devra être adapté en fonction de nouvelles données sur les variants comme l'omicron et d'informations provenant d'une vaccination à plus grande échelle dans cette tranche d'âge. Au 8 décembre, quelque 4 millions de jeunes de 5 à 11 ans ont été vaccinés aux Etats-Unis, en Israël, au Canada... Les données de ces pays sont évaluées constamment, ajoute le CSS. (Belga)

Les enfants se verront administrer le produit développé par Pfizer/BioNTech à une dose trois fois moins chargée que celle injectée à la population de plus de 12 ans. Le vaccin se donnera en deux injections, avec un délai de trois semaines entre chaque. "La protection sera sans doute d'une durée similaire à celle observée chez les plus âgés (environ 6 mois). La nécessité de rappel est probable mais pas encore certaine", ajoute le CSS. Les effets secondaires attendus sont semblables à ceux présentés par les personnes de 12 ans et plus, à savoir, une légère douleur à l'endroit de l'injection, de la fatigue, des maux de tête et des douleurs musculaires. Des études scientifiques ont démontré une efficacité à 91% du vaccin dans la protection contre la maladie Covid-19 et ses formes sévères rares chez l'enfant, ajoute le Conseil. Concernant une éventuelle réduction de la transmission, elle semble établie à l'échelle de larges populations. Toutefois, "à l'échelle de plus petites études, étudiant des transmissions dans des familles par exemple, cette diminution de la transmission n'est pas toujours visible car son effet varie selon le contexte (type de contact, variants circulants?)", détaille le CSS. Ce dernier précise que sa recommandation, rédigée mercredi, tient compte des circonstances actuelles et notamment de la forte circulation du virus SARS-CoV-2. L'avis devra être adapté en fonction de nouvelles données sur les variants comme l'omicron et d'informations provenant d'une vaccination à plus grande échelle dans cette tranche d'âge. Au 8 décembre, quelque 4 millions de jeunes de 5 à 11 ans ont été vaccinés aux Etats-Unis, en Israël, au Canada... Les données de ces pays sont évaluées constamment, ajoute le CSS. (Belga)