Les pompiers ont été avertis vers 12h30 d'un accident à une boîte postale à Landegem, dans la commune de Nevele. "Le facteur venait vider la boîte et l'une des lettres s'est ouverte. Il a reçu de la poudre blanche sur lui et a été rapidement sujet à des picotements. Il ne se sentait pas bien", a indiqué le bourgmestre. La chef de service, elle aussi sur place, a souffert de picotements au visage.

L'enquête de la protection civile a déterminé que les trois enveloppes suspectes ne contenaient que du sucre et un autre produit biologique inoffensif.

"Il ne s'agissait donc pas de poudre dangereuse ou d'anthrax", précise le bourgmestre. "C'est probablement le travail d'un mauvais plaisantin qui ne se rend pas compte de tout ce qu'il a causé. Le parquet a pris l'enquête en main et va vérifier si l'auteur peut être retrouvé. Toutes les mesures prises sont désormais levées".

Les deux employés de la poste, dont les symptômes ont disparu, vont quitter l'hôpital. Les ambulances qui les avaient transportés ne doivent plus rester en quarantaine.

Les pompiers ont été avertis vers 12h30 d'un accident à une boîte postale à Landegem, dans la commune de Nevele. "Le facteur venait vider la boîte et l'une des lettres s'est ouverte. Il a reçu de la poudre blanche sur lui et a été rapidement sujet à des picotements. Il ne se sentait pas bien", a indiqué le bourgmestre. La chef de service, elle aussi sur place, a souffert de picotements au visage. L'enquête de la protection civile a déterminé que les trois enveloppes suspectes ne contenaient que du sucre et un autre produit biologique inoffensif. "Il ne s'agissait donc pas de poudre dangereuse ou d'anthrax", précise le bourgmestre. "C'est probablement le travail d'un mauvais plaisantin qui ne se rend pas compte de tout ce qu'il a causé. Le parquet a pris l'enquête en main et va vérifier si l'auteur peut être retrouvé. Toutes les mesures prises sont désormais levées". Les deux employés de la poste, dont les symptômes ont disparu, vont quitter l'hôpital. Les ambulances qui les avaient transportés ne doivent plus rester en quarantaine.