Ces chiffres alternatifs ont été récoltés durant les six derniers mois grâce à l'outil d'attestation de retard en ligne et sont notamment présentés par sens, par heure de circulation ou encore par type de train pour les trajets les plus représentatifs. "Le but n'est pas de contester, mais plutôt de compléter les chiffres de la SNCB", précisent les associations. "Les statistiques officielles donnent par exemple la ponctualité à l'arrivée à la première gare bruxelloise. Nous avons par contre opté pour Bruxelles-Central comme point de mesure. Les voyageurs qui se rendent à Bruxelles peuvent confirmer qu'une partie importante des retards trouve son origine dans la traversée de la jonction Nord-Midi. De plus, nous calculons la ponctualité par trajet, par exemple Liège-Bruxelles et non, comme le font la SNCB et Infrabel, par ligne ou relation", expliquent-elles. Les associations regrettent de ne pas avoir pu trouver de solution en concertation avec la SNCB et Infrabel pour communiquer ensemble ces données de ponctualité. "Jusqu'à présent la SNCB et Infrabel ont refusé de mettre à disposition leurs chiffres détaillés et ce malgré les accords successifs des ministres de la Mobilité", déplore Gianni Tabbone, porte-parole de Navetteurs.be. Navetteurs.be et TreinTramBus appellent la SNCB et Infrabel à développer une "vision voyageur". Elles demandent une publication plus transparente, plus détaillée et plus rapide des chiffres de ponctualité. (Belga)

Ces chiffres alternatifs ont été récoltés durant les six derniers mois grâce à l'outil d'attestation de retard en ligne et sont notamment présentés par sens, par heure de circulation ou encore par type de train pour les trajets les plus représentatifs. "Le but n'est pas de contester, mais plutôt de compléter les chiffres de la SNCB", précisent les associations. "Les statistiques officielles donnent par exemple la ponctualité à l'arrivée à la première gare bruxelloise. Nous avons par contre opté pour Bruxelles-Central comme point de mesure. Les voyageurs qui se rendent à Bruxelles peuvent confirmer qu'une partie importante des retards trouve son origine dans la traversée de la jonction Nord-Midi. De plus, nous calculons la ponctualité par trajet, par exemple Liège-Bruxelles et non, comme le font la SNCB et Infrabel, par ligne ou relation", expliquent-elles. Les associations regrettent de ne pas avoir pu trouver de solution en concertation avec la SNCB et Infrabel pour communiquer ensemble ces données de ponctualité. "Jusqu'à présent la SNCB et Infrabel ont refusé de mettre à disposition leurs chiffres détaillés et ce malgré les accords successifs des ministres de la Mobilité", déplore Gianni Tabbone, porte-parole de Navetteurs.be. Navetteurs.be et TreinTramBus appellent la SNCB et Infrabel à développer une "vision voyageur". Elles demandent une publication plus transparente, plus détaillée et plus rapide des chiffres de ponctualité. (Belga)