Les derniers chiffres indiquent également que 1,5% des trains ont été supprimés, représentant 1.609 trains, contre 2,9% l'an dernier et 1,1% en avril 2020. En mai 2020, 35,9% des retards étaient imputables à des tiers, 32,8% à la SNCB, 26,7% au gestionnaire du réseau Infrabel et le reste à d'autres opérateurs ferroviaires. Concernant la suppression des trains, les tiers étaient responsables dans 45,8% des cas, la SNCB dans 29,6% et Infrabel dans 20,6% des cas. Les quatre derniers pour cent appartiennent à la catégorie "autres". Parmi les incidents les plus importants sur le réseau en mai, on retrouve l'alerte à la bombe à la gare de Bruxelles-Central le 5 mai. Cet incident avait provoqué 4.518 minutes de retard cumulées et la suppression de 88 trains. On notera aussi le heurt d'une personne sur les voies à Mont-Saint-Guibert sur la ligne 161 le 28 mai. L'incident avait alors provoqué 2.615 minutes de retard et provoqué la suppression de 78 trains. (Belga)

Les derniers chiffres indiquent également que 1,5% des trains ont été supprimés, représentant 1.609 trains, contre 2,9% l'an dernier et 1,1% en avril 2020. En mai 2020, 35,9% des retards étaient imputables à des tiers, 32,8% à la SNCB, 26,7% au gestionnaire du réseau Infrabel et le reste à d'autres opérateurs ferroviaires. Concernant la suppression des trains, les tiers étaient responsables dans 45,8% des cas, la SNCB dans 29,6% et Infrabel dans 20,6% des cas. Les quatre derniers pour cent appartiennent à la catégorie "autres". Parmi les incidents les plus importants sur le réseau en mai, on retrouve l'alerte à la bombe à la gare de Bruxelles-Central le 5 mai. Cet incident avait provoqué 4.518 minutes de retard cumulées et la suppression de 88 trains. On notera aussi le heurt d'une personne sur les voies à Mont-Saint-Guibert sur la ligne 161 le 28 mai. L'incident avait alors provoqué 2.615 minutes de retard et provoqué la suppression de 78 trains. (Belga)