Neuf cents soldats polonais sont actuellement déployés le long des 418 kilomètres de frontière séparant les deux pays et davantage de soldats doivent y renforcer la sécurité, a écrit lundi le ministre de la Défense, Mariusz Blaszczak, sur Twitter. Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a annoncé fin mai que Minsk n'empêcherait plus les migrants qui arrivent sur son sol de se rendre dans l'UE, et ce en réaction au durcissement des sanctions occidentales. Depuis lors, la Lituanie en particulier est confrontée à un afflux de migrants en provenance du Moyen-Orient et la pression a récemment augmenté sur la Pologne également. Le président bélarusse a par ailleurs accusé lundi la Pologne d'être à l'origine d'un incident à la frontière et de renvoyer les migrants sur le territoire bélarus (Belga)

Neuf cents soldats polonais sont actuellement déployés le long des 418 kilomètres de frontière séparant les deux pays et davantage de soldats doivent y renforcer la sécurité, a écrit lundi le ministre de la Défense, Mariusz Blaszczak, sur Twitter. Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a annoncé fin mai que Minsk n'empêcherait plus les migrants qui arrivent sur son sol de se rendre dans l'UE, et ce en réaction au durcissement des sanctions occidentales. Depuis lors, la Lituanie en particulier est confrontée à un afflux de migrants en provenance du Moyen-Orient et la pression a récemment augmenté sur la Pologne également. Le président bélarusse a par ailleurs accusé lundi la Pologne d'être à l'origine d'un incident à la frontière et de renvoyer les migrants sur le territoire bélarus (Belga)