"À la question de savoir si la police fédérale est encore en mesure de réagir de manière suffisamment flexible aux nouveaux phénomènes et crises avec les moyens et la capacité dont elle dispose à l'heure actuelle, la réponse est négative. La réponse à la menace terroriste a démontré que sous une telle pression et dans les conditions actuelles, de tels efforts supplémentaires ne pourraient être renouvelés. Ces efforts ont en outre été effectués au détriment d'autres phénomènes d'insécurité", dit le rapport. En d'autres mots: "Il est confirmé que la police fédérale ne dispose pas de la capacité et des moyens suffisants pour pouvoir remplir convenablement ses missions." Entre décembre 2013 et mai 2018, la police fédérale a connu une baisse de ses effectifs de 394 unités. L'expert ajoute que le budget 2018 reste de plus de 15% inférieur à celui de 2012 et de 7,5% inférieur à celui de 2014. (Belga)