Les syndicats font le constat d'une "politique destructrice" du gouvernement fédéral et de la détérioration du climat de travail au sein des services de police. Ils dénoncent notamment le manque de personnel et de moyens de la police de la route, les difficultés de la Police Technique et Scientifique et la baisse des effectifs dans la police judiciaire fédérale. En front commun, ils ont donc transmis un préavis de grève au ministre de l'Intérieur Jan Jambon ce mercredi. Ce préavis prendra cours le 16 mars et se terminera le 30 avril. "Nous dénonçons un désinvestissement considérable dans tous les services de la police fédérale, tant sur le plan humain que sur le plan des moyens et des infrastructures", a résumé Eddy Quaino, permanent Police pour la CGSP. "Les départs successifs de plusieurs responsables de la police fédérale sont aussi des signaux inquiétants sur son avenir." Les syndicats réclament l'ouverture "sans délai" d'une négociation avec le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur, l'arrêt des coupes budgétaires et un plan de refinancement pour la police fédérale. Les représentants de la police fédérale doivent également prendre leurs responsabilités, a ajouté Stéphane Deldicque, secrétaire permanent à la CSC. "Ils doivent entendre ce signal. Il est maintenant temps que l'autorité s'engage à court, moyen et long terme." (Belga)

Les syndicats font le constat d'une "politique destructrice" du gouvernement fédéral et de la détérioration du climat de travail au sein des services de police. Ils dénoncent notamment le manque de personnel et de moyens de la police de la route, les difficultés de la Police Technique et Scientifique et la baisse des effectifs dans la police judiciaire fédérale. En front commun, ils ont donc transmis un préavis de grève au ministre de l'Intérieur Jan Jambon ce mercredi. Ce préavis prendra cours le 16 mars et se terminera le 30 avril. "Nous dénonçons un désinvestissement considérable dans tous les services de la police fédérale, tant sur le plan humain que sur le plan des moyens et des infrastructures", a résumé Eddy Quaino, permanent Police pour la CGSP. "Les départs successifs de plusieurs responsables de la police fédérale sont aussi des signaux inquiétants sur son avenir." Les syndicats réclament l'ouverture "sans délai" d'une négociation avec le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur, l'arrêt des coupes budgétaires et un plan de refinancement pour la police fédérale. Les représentants de la police fédérale doivent également prendre leurs responsabilités, a ajouté Stéphane Deldicque, secrétaire permanent à la CSC. "Ils doivent entendre ce signal. Il est maintenant temps que l'autorité s'engage à court, moyen et long terme." (Belga)