"Ce qui s'est passé n'aurait pas dû se passer, les actions du NYPD ont été une erreur, c'est aussi simple que ça", a déclaré James O'Neill, à l'approche du 50e anniversaire de ces émeutes qui ont marqué un tournant dans la lutte pour les droits homosexuels. "Les actions et les lois étaient discriminatoires et tyranniques et, pour cela, je m'excuse", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse consacrée aux mesures de sécurité entourant les nombreux évènements organisés d'ici fin juin pour cet anniversaire. Plusieurs personnes et organisations avaient appelé la police à présenter des excuses ces derniers jours, y compris le numéro deux du conseil municipal Corey Johnson, lui-même homosexuel, et les organisateurs de la Gay Pride. Le 28 juin 1969, des membres de la communauté homosexuelle manifestaient contre une énième descente de police au Stonewall Inn, un bar gay connu du quartier de Greenwich Village. Leur mobilisation devait marquer le début d'une semaine d'émeutes et la naissance d'un grand mouvement de lutte pour les droits homosexuels. Une série de manifestations et d'évènements culturels sont prévus pour marquer cet anniversaire, qui doivent culminer le 30 juin avec la WorldPride, plus grand rassemblement LGBTQ au monde. Plus de trois millions de visiteurs sont attendus ce mois-ci à New York pour ces évènements, selon la police. Le maire de New York Bill de Blasio a annoncé le 31 mai que la ville allait consacrer un monument à deux femmes transgenres, héroïnes de la lutte pour les droits de la communauté LGBTQ et participantes aux émeutes de Stonewall, une première mondiale selon lui. (Belga)