Le gouvernement chypriote avait déjà demandé l'aide de l'Union européenne face à un taux élevé de migrants arrivant sur l'île méditerranéenne, qui se trouve à seulement 100 kilomètres du Liban et à 80 kilomètres de la Turquie, deux pays de transit pour les personnes fuyant la Syrie en guerre. Au cours des neuf premiers mois de l'année, pas moins de 9.000 migrants auraient été arrêtés, selon la police, alors qu'ils n'étaient que 2.936 (soit trois fois moins) en 2016. En 2017, leur nombre s'élevait à 4.582, tandis qu'ils étaient 7.761 en 2018. Plus de 20.000 migrants et réfugiés, dont le statut n'a pas encore été clarifié, vivent à Chypre, un pays qui compte quelque 850.000 habitants. Les centres d'accueil y sont surpeuplés, selon les médias. (Belga)