Selon le ministre-président bruxellois qui intervenait lors d'un mini-débat d'"actualité en commission des Affaires intérieures du parlement bruxellois, Facebook a répondu qu'il n'agissait en la matière que sur réquisition du parquet. "On est dans un état de droit et donc il appartient au parquet de déterminer s'il est opportun de faire retirer cela de Facebook. Ces démarches et toutes les autres sont portées à la connaissance des ministres de la Justice et de l'Intérieur", a ajouté M. Vervoort. Celui-ci a répété que dans le cadre de sa mission de coordination de la sécurité sur le territoire de la Région-capitale, il n'avait pas à se substituer au bourgmestre et à la zone de police pour des événements se produisant au niveau local, comme c'est le cas jusqu'à présent pour la Boum, lorsqu'ils sont gérés et encadrés à ce niveau. Une série de réunions ont eu et auront encore lieu entre le bourgmestre, les polices locale et fédérale et le Directeur de coordination et d'appui de la police fédérale - ndlr: celui qui veille à prendre les mesures préparatoires en vue de la gestion des événements, situations de crise, ou sinistres au niveau supralocal. Comme l'avait indiqué Philippe Close devant le conseil communal de la Ville de Bruxelles, lundi soir, Rudi Vervoort a souligné qu'il n'y avait pas eu de demande d'autorisation de l'événement qui dès lors est interdit par définition. M. Vervoort a également jugé, comme le bourgmestre de la Ville que la fermeture du Bois dont seul celui-ci peut décider, n'était pas souhaitable. Qui plus est, elle n'est "pas aussi simple que cela" en raison de la longueur du périmètre de celui-ci, a-t-il précisé. (Belga)

Selon le ministre-président bruxellois qui intervenait lors d'un mini-débat d'"actualité en commission des Affaires intérieures du parlement bruxellois, Facebook a répondu qu'il n'agissait en la matière que sur réquisition du parquet. "On est dans un état de droit et donc il appartient au parquet de déterminer s'il est opportun de faire retirer cela de Facebook. Ces démarches et toutes les autres sont portées à la connaissance des ministres de la Justice et de l'Intérieur", a ajouté M. Vervoort. Celui-ci a répété que dans le cadre de sa mission de coordination de la sécurité sur le territoire de la Région-capitale, il n'avait pas à se substituer au bourgmestre et à la zone de police pour des événements se produisant au niveau local, comme c'est le cas jusqu'à présent pour la Boum, lorsqu'ils sont gérés et encadrés à ce niveau. Une série de réunions ont eu et auront encore lieu entre le bourgmestre, les polices locale et fédérale et le Directeur de coordination et d'appui de la police fédérale - ndlr: celui qui veille à prendre les mesures préparatoires en vue de la gestion des événements, situations de crise, ou sinistres au niveau supralocal. Comme l'avait indiqué Philippe Close devant le conseil communal de la Ville de Bruxelles, lundi soir, Rudi Vervoort a souligné qu'il n'y avait pas eu de demande d'autorisation de l'événement qui dès lors est interdit par définition. M. Vervoort a également jugé, comme le bourgmestre de la Ville que la fermeture du Bois dont seul celui-ci peut décider, n'était pas souhaitable. Qui plus est, elle n'est "pas aussi simple que cela" en raison de la longueur du périmètre de celui-ci, a-t-il précisé. (Belga)