"Dès qu'un ou deux 'dominos climatiques' sont renversés, ils poussent la terre vers d'autres points de basculement", déclare le professeur Will Steffen de la Australian National University à Canberra (Australie) dans un communiqué diffusé jeudi. "Nous craignons qu'il ne devienne impossible d'empêcher cette rangée de dominos de tomber, ce qui pourrait menacer l'existence des civilisations humaines." Parmi ces points de basculement activés, les scientifiques pointent la perte des glaces de mer de l'Arctique ainsi que des nappes de glace au Groenland et en Antarctique, le dégel du pergélisol (ou permafrost) et la destruction des forêts boréale et amazonienne. "Ces points de basculement de la biosphère pourraient déclencher une libération incontrôlée de carbone dans l'atmosphère qui était auparavant stocké par la Terre. Cela accélérerait le réchauffement et déstabiliserait davantage les nappes glaciaires", selon M. Steffen. La fonte des calottes glaciaires entraînerait une "élévation irréversible du niveau de la mer" d'environ 10 mètres, a-t-il ajouté. Les scientifiques appellent à une action urgente pour prévenir ces effets en cascade et à réduire les émissions polluantes bien au_delà des objectifs de l'accord de Paris. "Le temps commence à manquer cruellement", préviennent les scientifiques. Bien que la plupart des pays aient signé l'accord de maintien du réchauffement climatique en dessous de deux degrés Celsius, le monde est sur la bonne voie pour se réchauffer d'au moins trois degrés Celsius, disent-ils. (Belga)