Les avocats sont attendus au tournant, après avoir fait miroiter depuis le début du procès une démonstration implacable de l'innocence de leur client. Six heures de plaidoiries ont été annoncées. Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteur et coauteur de l'attentat commis au Musée juif de Belgique le 24 mai 2014, qui avait coûté la vie à quatre personnes.

Le jury aura droit ces jeudi et vendredi à la version des faits de la défense, à commencer par celle de Mehdi Nemmouche jeudi, puis celle de Nacer Bendrer vendredi, après six jours de plaidoiries de la partie civile et de réquisitoire du ministère public. Les avocats de Mehdi Nemmouche tout d'abord exposeront leurs arguments dès 9h00 ce jeudi et pour environ six heures.

Ceux-ci ont à plusieurs reprises dénoncé une enquête partiale, viciée, voire truquée, dont leur client serait la victime, un homme innocent piégé par le véritable coupable. A coups d'effets d'annonce, la défense de Mehdi Nemmouche a promis des réponses à toutes les questions et à tous les arguments de ses adversaires. A l'instar de leur client qui intimait à la présidente d'être "patiente" pour pouvoir obtenir réponse à ses questions, les avocats ont annoncé qu'ils feraient toute la lumière en temps voulu, au moment de leur plaidoirie. Toutefois, ceux-ci ont déjà énoncé quelques-uns de leurs arguments lors de la lecture de leur acte de défense, au début du procès. La partie civile et les procureurs ont expliqué ces précédents jours en quoi ces arguments ne tenaient pas la route selon eux. Les conseils de Mehdi Nemmouche, Mes Sébastien Courtoy, Henri Laquay et Virginie Taelman, auront la tâche lourde: faire tomber le "mur de vingt-trois grosses briques" dressé par l'accusation, soit le nombre d'éléments contre Mehdi Nemmouche que les procureurs ont relevés.

Les avocats sont attendus au tournant, après avoir fait miroiter depuis le début du procès une démonstration implacable de l'innocence de leur client. Six heures de plaidoiries ont été annoncées. Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer sont accusés devant la cour d'assises de Bruxelles d'être auteur et coauteur de l'attentat commis au Musée juif de Belgique le 24 mai 2014, qui avait coûté la vie à quatre personnes.Le jury aura droit ces jeudi et vendredi à la version des faits de la défense, à commencer par celle de Mehdi Nemmouche jeudi, puis celle de Nacer Bendrer vendredi, après six jours de plaidoiries de la partie civile et de réquisitoire du ministère public. Les avocats de Mehdi Nemmouche tout d'abord exposeront leurs arguments dès 9h00 ce jeudi et pour environ six heures. Ceux-ci ont à plusieurs reprises dénoncé une enquête partiale, viciée, voire truquée, dont leur client serait la victime, un homme innocent piégé par le véritable coupable. A coups d'effets d'annonce, la défense de Mehdi Nemmouche a promis des réponses à toutes les questions et à tous les arguments de ses adversaires. A l'instar de leur client qui intimait à la présidente d'être "patiente" pour pouvoir obtenir réponse à ses questions, les avocats ont annoncé qu'ils feraient toute la lumière en temps voulu, au moment de leur plaidoirie. Toutefois, ceux-ci ont déjà énoncé quelques-uns de leurs arguments lors de la lecture de leur acte de défense, au début du procès. La partie civile et les procureurs ont expliqué ces précédents jours en quoi ces arguments ne tenaient pas la route selon eux. Les conseils de Mehdi Nemmouche, Mes Sébastien Courtoy, Henri Laquay et Virginie Taelman, auront la tâche lourde: faire tomber le "mur de vingt-trois grosses briques" dressé par l'accusation, soit le nombre d'éléments contre Mehdi Nemmouche que les procureurs ont relevés.