"Cette chute est un constat en effet. On voit de notre côté que de plus en plus de jeunes vont dans les plannings familiaux où ils ne doivent pas payer ni la pilule ni la visite chez le médecin généraliste.

Nous avons d'ailleurs fait passer notre enveloppe de 100.000 à 133.000 euros", réagit-on du côté de la ministre wallonne de la Santé, Eliane Tillieux.

La baisse des ventes est également confirmée par le numéro un de la vente de pilules en Belgique, la société Mithra. "On analyse cette chute mais on se garde bien de tirer des conclusions définitives. Plusieurs raisons peuvent l'expliquer. Je ne crois pas que des centaines de femmes arrêtent massivement la contraception", explique François Fornieri, CEO de Mithra. "Actuellement, 935.000 femmes prennent la pilule. Par contre, il y a de plus en plus d'autres moyens de contraception disponibles. On constate surtout un boom des échantillons donnés par les médecins généralistes et les gynécologues à la suite de la sortie de pilules génériques."

Avec Belga.

"Cette chute est un constat en effet. On voit de notre côté que de plus en plus de jeunes vont dans les plannings familiaux où ils ne doivent pas payer ni la pilule ni la visite chez le médecin généraliste. Nous avons d'ailleurs fait passer notre enveloppe de 100.000 à 133.000 euros", réagit-on du côté de la ministre wallonne de la Santé, Eliane Tillieux. La baisse des ventes est également confirmée par le numéro un de la vente de pilules en Belgique, la société Mithra. "On analyse cette chute mais on se garde bien de tirer des conclusions définitives. Plusieurs raisons peuvent l'expliquer. Je ne crois pas que des centaines de femmes arrêtent massivement la contraception", explique François Fornieri, CEO de Mithra. "Actuellement, 935.000 femmes prennent la pilule. Par contre, il y a de plus en plus d'autres moyens de contraception disponibles. On constate surtout un boom des échantillons donnés par les médecins généralistes et les gynécologues à la suite de la sortie de pilules génériques." Avec Belga.