Le 8 août, les autorités belges ont décidé pour la première fois de déclencher la phase d'alerte du plan Forte chaleur et pics d'ozone, en raison des températures très chaudes et des hautes concentrations d'ozone qui étaient attendues. Ce constat, combiné au fait que l'épidémie de Covid-19 contraint à suivre des mesures strictes, a conduit à l'activation de la phase d'alerte. Lors de la réunion de suivi de ce jeudi, les autorités belges ont de nouveau analysé les conditions météorologiques. L'Institut royal météorologique (IRM) prévoit une baisse significative des températures. De son côté, la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine) prévoit que cette baisse ainsi que les éventuels orages permettront de ne pas dépasser le seuil européen d'information d'ozone sur une partie significative du pays. "Les conditions météorologiques extrêmes, qui peuvent avoir un impact potentiel sur la santé publique, arrivent donc à leur fin", conclut le Service public fédéral. La phase d'avertissement du plan Forte chaleur et pics d'ozone reste en revanche en vigueur. Les autorités régionales continuent ainsi d'informer les citoyens ainsi que les communes, les maisons de repos et de soins, les services de soins à domicile, les médecins, les structures d'accueil d'enfants et les mouvements de jeunesse. "Dans les jours à venir, les températures élevées peuvent encore avoir un impact sur la santé de chacun et plus particulièrement sur les groupes les plus vulnérables", avertissent les autorités. (Belga)

Le 8 août, les autorités belges ont décidé pour la première fois de déclencher la phase d'alerte du plan Forte chaleur et pics d'ozone, en raison des températures très chaudes et des hautes concentrations d'ozone qui étaient attendues. Ce constat, combiné au fait que l'épidémie de Covid-19 contraint à suivre des mesures strictes, a conduit à l'activation de la phase d'alerte. Lors de la réunion de suivi de ce jeudi, les autorités belges ont de nouveau analysé les conditions météorologiques. L'Institut royal météorologique (IRM) prévoit une baisse significative des températures. De son côté, la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine) prévoit que cette baisse ainsi que les éventuels orages permettront de ne pas dépasser le seuil européen d'information d'ozone sur une partie significative du pays. "Les conditions météorologiques extrêmes, qui peuvent avoir un impact potentiel sur la santé publique, arrivent donc à leur fin", conclut le Service public fédéral. La phase d'avertissement du plan Forte chaleur et pics d'ozone reste en revanche en vigueur. Les autorités régionales continuent ainsi d'informer les citoyens ainsi que les communes, les maisons de repos et de soins, les services de soins à domicile, les médecins, les structures d'accueil d'enfants et les mouvements de jeunesse. "Dans les jours à venir, les températures élevées peuvent encore avoir un impact sur la santé de chacun et plus particulièrement sur les groupes les plus vulnérables", avertissent les autorités. (Belga)