Les deux services pointent la "grande difficulté de la transition" vers une pension à points ainsi que la difficulté de maintenir deux systèmes différents pendant une longue période.

Ils estiment également que cette réforme sera particulièrement coûteuse et prônent un maintien du système que Mypension "a rendu lisible et accessible" et pour lequel 16 millions d'euros ont été investis pour la période 2010-2018.

Les deux services pointent la "grande difficulté de la transition" vers une pension à points ainsi que la difficulté de maintenir deux systèmes différents pendant une longue période.Ils estiment également que cette réforme sera particulièrement coûteuse et prônent un maintien du système que Mypension "a rendu lisible et accessible" et pour lequel 16 millions d'euros ont été investis pour la période 2010-2018.