C'est via Twitter que le géant des réseaux sociaux avait finalement reconnu, plusieurs heures après les premières plaintes de nombreux utilisateurs, faire face à des problèmes. Il avait promis de tenter de résoudre la panne "le plus vite possible", sans en détailler cependant l'origine. L'entreprise a affirmé plus tard que le problème n'était "pas lié à une attaque DDoS (par déni de service, NDLR)". Depuis ce tweet d'explication, qui date de mercredi soir (heure belge), Facebook n'a plus communiqué. Le hashtag #FacebookDown continuait de circuler sur la Toile jeudi matin, laissant croire que la panne est toujours en cours dans certains pays. (Belga)

C'est via Twitter que le géant des réseaux sociaux avait finalement reconnu, plusieurs heures après les premières plaintes de nombreux utilisateurs, faire face à des problèmes. Il avait promis de tenter de résoudre la panne "le plus vite possible", sans en détailler cependant l'origine. L'entreprise a affirmé plus tard que le problème n'était "pas lié à une attaque DDoS (par déni de service, NDLR)". Depuis ce tweet d'explication, qui date de mercredi soir (heure belge), Facebook n'a plus communiqué. Le hashtag #FacebookDown continuait de circuler sur la Toile jeudi matin, laissant croire que la panne est toujours en cours dans certains pays. (Belga)