Elle a expliqué qu'un tel corridor, où les déplacements seraient possibles sans qu'il y ait de quarantaine à faire, était envisageable grâce aux bons résultats des deux pays dans la lutte contre le Covid-19. "Nous espérons que cela puisse être mis en place avant la fin de l'année", a-t-elle dit aux journalistes tout en avertissant que la prudence devait être de mise. La Nouvelle-Zélande ne recense que 22 décès dus au coronavirus et n'a plus enregistré de cas de transmission locale de la maladie depuis plus de 100 jours. Les Îles Cook se sont déclarées exemptes du virus mi-avril. Le petit archipel serait indéniablement le grand bénéficiaire d'une telle "bulle". Mme Ardern a estimé que 60% des personnes se rendant aux Îles Cook avant la pandémie étaient des Néo-Zélandais. La prudence prévaut néanmoins car la Nouvelle-Zélande avait il y a quelques mois envisagé une telle "bulle" avec l'Australie, un projet qui a été renvoyé sine die en raison de la deuxième vague épidémique sur l'île-continent. Toute personne arrivant en Nouvelle-Zélande doit aujourd'hui observer une période de quarantaine de 14 jours. Les Néo-Zélandais, pour leur part, vivent en revanche une vie quasi normale, sans aucune consigne de distanciation sociale, alors que le public est de nouveau admis dans les stades et lors des événements sportifs. (Belga)

Elle a expliqué qu'un tel corridor, où les déplacements seraient possibles sans qu'il y ait de quarantaine à faire, était envisageable grâce aux bons résultats des deux pays dans la lutte contre le Covid-19. "Nous espérons que cela puisse être mis en place avant la fin de l'année", a-t-elle dit aux journalistes tout en avertissant que la prudence devait être de mise. La Nouvelle-Zélande ne recense que 22 décès dus au coronavirus et n'a plus enregistré de cas de transmission locale de la maladie depuis plus de 100 jours. Les Îles Cook se sont déclarées exemptes du virus mi-avril. Le petit archipel serait indéniablement le grand bénéficiaire d'une telle "bulle". Mme Ardern a estimé que 60% des personnes se rendant aux Îles Cook avant la pandémie étaient des Néo-Zélandais. La prudence prévaut néanmoins car la Nouvelle-Zélande avait il y a quelques mois envisagé une telle "bulle" avec l'Australie, un projet qui a été renvoyé sine die en raison de la deuxième vague épidémique sur l'île-continent. Toute personne arrivant en Nouvelle-Zélande doit aujourd'hui observer une période de quarantaine de 14 jours. Les Néo-Zélandais, pour leur part, vivent en revanche une vie quasi normale, sans aucune consigne de distanciation sociale, alors que le public est de nouveau admis dans les stades et lors des événements sportifs. (Belga)