Le collège communal accueille désormais Raphaël Dubois, jusqu'alors conseiller de l'opposition "Pour Waremme", tendance MR. Il obtient le deuxième échevinat, avec le commerce, l'énergie, l'économie ou encore l'emploi comme compétences. "Je suis conseiller communal depuis 14 ans et cette opportunité est l'occasion de m'investir davantage pour la ville de Waremme", explique le nouvel échevin. "Cela va également apporter de la stabilité au niveau politique pour permettre la réalisation de projets. Nous ferons face à plusieurs défis comme le nouveau zoning ou encore le soutien à apporter aux commerces suite à la crise du Covid. Un autre projet auquel nous tenons est la rénovation urbaine à Waremme." Les socialistes sont à la tête de la commune depuis 1914 et bénéficient d'une majorité absolue depuis 1932, l'ouverture vers les libéraux est donc historique et marque le début d'une nouvelle page. Depuis l'éviction d'Albert Gérard en décembre, le PS-IC ne possédait plus que 13 sièges sur 24. Une majorité relativement étriquée. "Nous avons choisi d'élargir cette majorité pour travailler de manière plus sereine et efficace. Cela permettra d'avancer sur des dossiers importants, comme nous le faisons ces derniers mois. Les mesures sanitaires n'ont pas permis aux instances d'avaliser la procédure plus tôt, mais cette majorité était attendue", précise le bourgmestre de Waremme, Jacques Chabot. La formation d'un Collège PS-MR n'était cependant pas évidente après les élections communales. Raphaël Dubois avait d'ailleurs manifesté son mécontentement à l'époque. "Nous venions de réaliser un score important et ne pas être consulté nous avait frustrés." Mais avec le temps, un rapprochement s'est effectué. "Nous étions dans l'opposition, mais nous avons ?uvré pour que nos positions soient constructives, notamment dans l'élaboration du Plan Stratégique Transversal, le PST, et le plan de relance sociale et économique. Cela s'est donc fait dans la continuité des choses." La nouvelle majorité installée lundi soir sera en place jusqu'aux élections de 2024. (Belga)

Le collège communal accueille désormais Raphaël Dubois, jusqu'alors conseiller de l'opposition "Pour Waremme", tendance MR. Il obtient le deuxième échevinat, avec le commerce, l'énergie, l'économie ou encore l'emploi comme compétences. "Je suis conseiller communal depuis 14 ans et cette opportunité est l'occasion de m'investir davantage pour la ville de Waremme", explique le nouvel échevin. "Cela va également apporter de la stabilité au niveau politique pour permettre la réalisation de projets. Nous ferons face à plusieurs défis comme le nouveau zoning ou encore le soutien à apporter aux commerces suite à la crise du Covid. Un autre projet auquel nous tenons est la rénovation urbaine à Waremme." Les socialistes sont à la tête de la commune depuis 1914 et bénéficient d'une majorité absolue depuis 1932, l'ouverture vers les libéraux est donc historique et marque le début d'une nouvelle page. Depuis l'éviction d'Albert Gérard en décembre, le PS-IC ne possédait plus que 13 sièges sur 24. Une majorité relativement étriquée. "Nous avons choisi d'élargir cette majorité pour travailler de manière plus sereine et efficace. Cela permettra d'avancer sur des dossiers importants, comme nous le faisons ces derniers mois. Les mesures sanitaires n'ont pas permis aux instances d'avaliser la procédure plus tôt, mais cette majorité était attendue", précise le bourgmestre de Waremme, Jacques Chabot. La formation d'un Collège PS-MR n'était cependant pas évidente après les élections communales. Raphaël Dubois avait d'ailleurs manifesté son mécontentement à l'époque. "Nous venions de réaliser un score important et ne pas être consulté nous avait frustrés." Mais avec le temps, un rapprochement s'est effectué. "Nous étions dans l'opposition, mais nous avons ?uvré pour que nos positions soient constructives, notamment dans l'élaboration du Plan Stratégique Transversal, le PST, et le plan de relance sociale et économique. Cela s'est donc fait dans la continuité des choses." La nouvelle majorité installée lundi soir sera en place jusqu'aux élections de 2024. (Belga)