Un de ces mini-UAS (pour "Unmanned Aircraft System"), d'une longueur de 1,4 m et d'une envergure de 2,8 m, doté d'une caméra à la fois électro-optique (EO) et infrarouge (IR), a été filmé pour la première fois le mois dernier par une équipe de VRT lors d'un reportage réalisé le 14 mars auprès des "soldats d'élite belges" qui entraînent et assistent les peshmergas (combattants kurdes) et l'armée irakienne engagés dans la reconquête des territoires capturés par les djihadistes de l'Etat islamique (EI). Lancé à la main, le Puma peut fournir des images en temps réél dans un rayon de 20 km grâce à sa boule optronique, de jour comme de nuit. Ce mini-drone a été présenté mercredi dernier aux quelque 11.000 spectateurs venus assister à la journée portes ouvertes de la base de Beauvechain, effectuant deux courts vols en dépit du vent relativement fort qui soufflait. Interrogé par l'agence Belga, le ministère de la Défense s'est montré extrêmement discret sur l'usage de cet appareil. (Belga)

Un de ces mini-UAS (pour "Unmanned Aircraft System"), d'une longueur de 1,4 m et d'une envergure de 2,8 m, doté d'une caméra à la fois électro-optique (EO) et infrarouge (IR), a été filmé pour la première fois le mois dernier par une équipe de VRT lors d'un reportage réalisé le 14 mars auprès des "soldats d'élite belges" qui entraînent et assistent les peshmergas (combattants kurdes) et l'armée irakienne engagés dans la reconquête des territoires capturés par les djihadistes de l'Etat islamique (EI). Lancé à la main, le Puma peut fournir des images en temps réél dans un rayon de 20 km grâce à sa boule optronique, de jour comme de nuit. Ce mini-drone a été présenté mercredi dernier aux quelque 11.000 spectateurs venus assister à la journée portes ouvertes de la base de Beauvechain, effectuant deux courts vols en dépit du vent relativement fort qui soufflait. Interrogé par l'agence Belga, le ministère de la Défense s'est montré extrêmement discret sur l'usage de cet appareil. (Belga)