"Après avoir refusé d'accepter toute responsabilité financière, il est tout d'un coup question d'assumer (seul) toutes les responsabilités. Ce n'est pas crédible", a commenté lundi le président de la N-VA, Bart De Wever, en marge du bureau de son parti.

Celui-ci réagissait aux récents propos de Laurette Onkelinx et Rudy Demotte affirmant que l'on devait se préparer à la fin de la Belgique, des propos depuis lors quelque peu relativisés par M. Demotte. La N-VA affirme n'être nullement impressionnée par ces déclarations. "Je n'y crois pas du tout. C'est une manière de faire monter la pression", a indiqué le député Siegfried Bracke.

Le ministre flamand Geert Bourgeois a lui estimé que ces propos francophones devaient être relativisés et qu'ils n'étaient motivés que par des considérations tactiques. Pour Bart De Wever, ceux-ci n'étaient vraisemblablement destinés qu'"à la galerie". Le chef de la formation nationaliste a par ailleurs appelé chacun à conserver la "discrétion".

Les médiateurs royaux, André Flahaut (PS) et Danny Pieters (N-VA), doivent à présent contribuer à restaurer le calme. La N-VA reste toutefois convaincue qu'un accord avec le PS reste possible. "Nous n'étions pas si loin d'un grand accord", a assuré M. Bourgeois.

Le Vif.be, avec Belga

"Après avoir refusé d'accepter toute responsabilité financière, il est tout d'un coup question d'assumer (seul) toutes les responsabilités. Ce n'est pas crédible", a commenté lundi le président de la N-VA, Bart De Wever, en marge du bureau de son parti. Celui-ci réagissait aux récents propos de Laurette Onkelinx et Rudy Demotte affirmant que l'on devait se préparer à la fin de la Belgique, des propos depuis lors quelque peu relativisés par M. Demotte. La N-VA affirme n'être nullement impressionnée par ces déclarations. "Je n'y crois pas du tout. C'est une manière de faire monter la pression", a indiqué le député Siegfried Bracke. Le ministre flamand Geert Bourgeois a lui estimé que ces propos francophones devaient être relativisés et qu'ils n'étaient motivés que par des considérations tactiques. Pour Bart De Wever, ceux-ci n'étaient vraisemblablement destinés qu'"à la galerie". Le chef de la formation nationaliste a par ailleurs appelé chacun à conserver la "discrétion". Les médiateurs royaux, André Flahaut (PS) et Danny Pieters (N-VA), doivent à présent contribuer à restaurer le calme. La N-VA reste toutefois convaincue qu'un accord avec le PS reste possible. "Nous n'étions pas si loin d'un grand accord", a assuré M. Bourgeois.Le Vif.be, avec Belga