La Commission a fait preuve d'une "compréhension approfondie sur base de nos critiques constructives", a fait valoir l'eurodéputé N-VA Geert Bourgeois sur Twitter. Il y a quelques jours, un premier assouplissement réglementaire proposé par la Commission avait ouvert la possibilité de réorienter sur la lutte contre le coronavirus 36,7 millions d'euros de fonds structurels attribués à la Belgique mais non encore dépensés. La N-VA s'était plaint que la Flandre ne puisse en utiliser que 6,5 millions tandis que la Wallonie était mieux servie. Elle avait protesté via le gouvernement flamand et ainsi forcé la Belgique à s'abstenir au sein du Conseil européen, déclenchant une volée de critiques. Ce jeudi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen présentait une batterie de nouvelles propositions pour aider les États à répondre à la crise économique générée par la crise sanitaire du coronavirus. Parmi ces mesures, la Commission a proposé que tous les montants non engagés des trois fonds relevant de la politique de cohésion - le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen et le Fonds de cohésion - puissent être mobilisés pour faire face aux effets de la crise de santé publique. Et pour s'assurer que les ressources financières puissent être réorientées par les États pour répondre aux besoins les plus urgents, elle propose qu'il soit possible de procéder à des transferts entre fonds ainsi qu'entre catégories de régions et objectifs stratégiques. On parle à l'échelle de l'UE de quelque 60 milliards d'euros issus de ces trois fonds qui pourraient ainsi être réorientés d'autant plus facilement que les exigences de cofinancement seraient abandonnées. Tout comme le Conseil (États membres), le Parlement européen devra se prononcer sur ces propositions. Ce devrait être le cas lors d'une plénière que les présidents de l'assemblée ont décidé de tenir les 16 et 17 avril prochains. (Belga)

La Commission a fait preuve d'une "compréhension approfondie sur base de nos critiques constructives", a fait valoir l'eurodéputé N-VA Geert Bourgeois sur Twitter. Il y a quelques jours, un premier assouplissement réglementaire proposé par la Commission avait ouvert la possibilité de réorienter sur la lutte contre le coronavirus 36,7 millions d'euros de fonds structurels attribués à la Belgique mais non encore dépensés. La N-VA s'était plaint que la Flandre ne puisse en utiliser que 6,5 millions tandis que la Wallonie était mieux servie. Elle avait protesté via le gouvernement flamand et ainsi forcé la Belgique à s'abstenir au sein du Conseil européen, déclenchant une volée de critiques. Ce jeudi, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen présentait une batterie de nouvelles propositions pour aider les États à répondre à la crise économique générée par la crise sanitaire du coronavirus. Parmi ces mesures, la Commission a proposé que tous les montants non engagés des trois fonds relevant de la politique de cohésion - le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen et le Fonds de cohésion - puissent être mobilisés pour faire face aux effets de la crise de santé publique. Et pour s'assurer que les ressources financières puissent être réorientées par les États pour répondre aux besoins les plus urgents, elle propose qu'il soit possible de procéder à des transferts entre fonds ainsi qu'entre catégories de régions et objectifs stratégiques. On parle à l'échelle de l'UE de quelque 60 milliards d'euros issus de ces trois fonds qui pourraient ainsi être réorientés d'autant plus facilement que les exigences de cofinancement seraient abandonnées. Tout comme le Conseil (États membres), le Parlement européen devra se prononcer sur ces propositions. Ce devrait être le cas lors d'une plénière que les présidents de l'assemblée ont décidé de tenir les 16 et 17 avril prochains. (Belga)