Au lendemain de la déclaration de politique générale du Premier ministre, la Chambre a entamé mercredi matin le débat sur ce discours et l'accord budgétaire avant le vote de confiance attendu jeudi. Étant le groupe le plus important à la Chambre, la N-VA a pris la parole en premier. "Les négociations n'ont pas précédé la formation du gouvernement. Elles se sont tenues durant toute l'année, aussi dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ceux qui espéraient le lancement du projet De Croo peuvent être déçus. Pas grand-chose, c'est toujours mieux que rien, mais pour ceux qui attendent une réelle politique, une politique d'activation, de gestion budgétaire rigoureuse, de respect pour ceux qui maintiennent notre économie et la font tourner, ceux qui attendaient la présentation d'un projet sont déçus." Selon lui, "le côté gauche a gagné." La N-VA a notamment dénoncé la trajectoire budgétaire, de 2,4 milliards, soit en deçà des 3 milliards annoncés au départ. "Cet effort nous amène à la dernière place européenne", a jugé Peter De Roover. Le chef de groupe du premier parti d'opposition au fédéral a aussi critiqué l'absence de mesures en faveur de la classe moyenne, singulièrement en matière d'aides face à l'augmentation des prix de l'énergie. (Belga)

Au lendemain de la déclaration de politique générale du Premier ministre, la Chambre a entamé mercredi matin le débat sur ce discours et l'accord budgétaire avant le vote de confiance attendu jeudi. Étant le groupe le plus important à la Chambre, la N-VA a pris la parole en premier. "Les négociations n'ont pas précédé la formation du gouvernement. Elles se sont tenues durant toute l'année, aussi dans les médias et sur les réseaux sociaux. Ceux qui espéraient le lancement du projet De Croo peuvent être déçus. Pas grand-chose, c'est toujours mieux que rien, mais pour ceux qui attendent une réelle politique, une politique d'activation, de gestion budgétaire rigoureuse, de respect pour ceux qui maintiennent notre économie et la font tourner, ceux qui attendaient la présentation d'un projet sont déçus." Selon lui, "le côté gauche a gagné." La N-VA a notamment dénoncé la trajectoire budgétaire, de 2,4 milliards, soit en deçà des 3 milliards annoncés au départ. "Cet effort nous amène à la dernière place européenne", a jugé Peter De Roover. Le chef de groupe du premier parti d'opposition au fédéral a aussi critiqué l'absence de mesures en faveur de la classe moyenne, singulièrement en matière d'aides face à l'augmentation des prix de l'énergie. (Belga)